Après le rejet de sa demande de récusation d’une magistrate, Nicolas Sarkozy demande celle de son propre avocat.

Encore une nouvelle demande de Nicolas Sarkozy au tribunal correctionnel de Paris,
désormais habitué à la chose. « On en reçoit une tous les semaines maintenant, on s’y est
fait », commente un agent du greffe. La demande du jour présente toutefois une particularité
puisque l’ex-président français y demande à ce que soit récusé… son propre avocat. En effet,
il estime que ce dernier, par son comportement et l’acharnement qu’il met à le défendre, ne
fait pas preuve de l’impartialité qui sied à une justice sereine.

« C’est une manœuvre dilatoire supplémentaire, cela n’étonne plus personne » attaque
Françoise Martres, présidente du syndicat de la magistrature, visiblement échaudée après la
récente mise en cause d’une magistrate du fait de son appartenance au syndicat, « Nicolas
Sarkozy essaye d’utiliser toutes les procédés à sa disposition pour retarder la procédure, quitte à égratigner l’image de la justice par sa mauvaise foi ».
Il est vrai que ce n’est pas la première procédure du genre que lance l’actuel chef de
l’opposition, mis en examen notamment pour corruption et trafic d’influence actif et
régulièrement accusé de gagner du temps afin de repousser son procès après 2017, où il
espère regagner un statut présidentiel qui le mettrait à l’abri de la justice. « Fantasme !»,
s’indigne son avocat : « mon client ne fait qu’utiliser les voies de recours offertes par le droit,
afin que ma partialité évidente n’entache pas une procédure qui se doit d’être équitable ».
« J’ai déposé plusieurs dizaines de requêtes devant le tribunal et je conseille mon client
quotidiennement, cela démontre clairement un parti pris sur lequel j’ai particulièrement insisté
en rédigeant la requête de mon client visant à obtenir ma récusation », ajoute-t-il. En cas de nouvel échec, M. Sarkozy envisagerait de se récuser lui-même : « j’irai jusqu’au bout », aurait-il confié à l’AFP.

Les commentaires sont juste en dessous de la publicité:

Commentaires