Connect with us

Non classé

Appel à tous les admins de groupes Facebook: Virez Sudpresse de vos groupes pour éliminer ce cancer du journalisme

Published

on

Chers lecteurs, ceci est un message de colère. De colère parce que cela fait des mois, des années, que nous recevons régulièrement des messages de victimes du groupe Sudpresse dans un registre qui leur est cher: La publication d’articles sur des faits divers dramatiques.

Le pire, c’est que le rédacteur en chef de Sudpresse se félicite de ses super articles qui ont fait énormément de clics grâce à ses techniques misérables.

Le groupe Sudpresse, via son site Sudinfo ou dans ses éditions papiers, publie régulièrement des photos d’accidents, de drames,… et quand il s’agit de la route, parfois prises derrière les barrières de sécurité et les panneaux de protection des victimes.
Le groupe Sudpresse utilise des méthodes pour générer du clic en repoussant sans cesse les limites de la violation de la dignité humaine: 
– Violation de la vie privée et du droit à l’image
– Déformation de propos de proches de victimes
– Utilisation de photos volées sur Facebook, voire sur des sites de nécrologie (voir fin d’article)

Exemple récent du 15 avril 2018:

Le journal relate ici la mort de 2 jeunes, utilisant leurs photos prises sur Facebook et donnant leurs noms, sans accord des familles, sans la moindre déontologie.

Un proche d’une des victimes nous a contacté, et nous n’en pouvons plus de voir des personnes endeuillées se faire cracher au visage par une presse qui n’en a que faire de leur peine, sacrifiant toute déontologie et tout humanisme sur l’autel du clic.

Ce type d’article, souvent orienté pour faire croire qu’il s’agit d’un hommage aux victimes, ne sert qu’à assouvir le voyeurisme de certains lecteurs et la pseudo-compassion qui en découle. Avec des commentaires « RIP courage aux familles » dont les familles n’ont que faire, ce que chacun désire lorsqu’il vit un drame, c’est la paix et la tranquilité, pas la publicité. Si une famille veut rendre hommage publiquement à une personne disparue, elle publie une nécrologie, elle publie de son côté un message. Personne ne désire voir la presse exposer sa douleur. 

Pire, bien souvent on peut lire des insultes, des jugements, des avis, dans les commentaires sous ces articles de décès. Ce qui évidemment ne fait qu’accentuer la douleur des familles, voyant ainsi la mémoire de leur proche salie par des commentateurs amenés par l’article de Sudpresse.


Nous avons perdu lors de la suppression de notre page Facebook beaucoup d’archives à ce propos (et tâchons de retrouver un back-up) mais nous nous rappelons avec émotion l’histoire d’une mère qui a vu sa fille salie dans Sudpresse, qui parlait d’une intoxication au CO de sa fille, sans aucune source. On pouvait alors lire dans les commentaires des insultes de leurs lecteurs, expliquant que la famille « n’avaient qu’à entretenir la chaudière au lieu de s’acheter des Jupiler » et autres analyses de haut vol. Or, la fille en question n’avait pas été autopsiée et il n’y avait donc aucune preuve de l’intoxication.

Lorsqu’il s’agit d’accidents de voiture, on voit continuellement des jugements sur le taux d’alcool de la victime, sur la probable consommation de drogue,… Ces commentateurs ne réalisent pas, puisque l’information est déshumanisée, qu’il y a derrière des familles, des proches, qui souffrent de lire pareils commentaires.

Ce que nous lançons aujourd’hui, c’est un appel à neutraliser leur nocivité pour la dignité humaine. Si vous gérez un groupe influent ou connaissez des admins, demandez-leur de virer les travailleurs de Sudpresse qui viennent faire leur beurre sur le sang de vos gamins en postant des liens vers SUDINFO.BE

Tout le monde s’en fout ?

A chaque fois que nous recevons ce genre de témoignage, nos lecteurs et le public semblent assez peu s’en émouvoir. Parce que cela ne les concerne pas. Cela commence en général à concerner le public lorsque cela lui arrive. Lorsque c’est une connaissance, un proche, qui est victime de ce type de méthodes.

Ce que nous voulons expliquer, démontrer, et combattre, c’est que ce n’est pas qu’une accumulation de petites dérives déontologiques chez Sudpresse. C’est un véritable système. Un système qui cherche systématiquement à trouver des informations privées sur des victimes, qui prend un maximum de photos sur les comptes Facebook de celles-ci.

Un système qui a même été jusqu’à travailler avec des créateurs de groupe « Contrôles radars » pour y poster et mettre en avant les publications d’accidentés de la route. Un système où on voit un rédacteur en chef régional, devenu rédacteur en chef adjoint de Sudpresse, aller poster ces articles dégueulasses dans des tas de groupes.

 

La photo a été floutée par nos soins, dans l’article, il y a des photos non floutées de la victime, prises sur son compte Facebook

Nous avons également recueilli des témoignages de pompiers qui expliquent recevoir quasi-quotidiennement des appels de « journalistes » de Sudpresse pour prendre connaissance des accidents du jour. Certains pompiers leur répondent systématiquement et on peut se demander quel renvoi d’ascenseur ils obtiennent du groupe Sudpresse.

Une dérive qu’on peut voir dans cette vidéo, où un photographe de Sudpresse passe derrière les panneaux blancs, avec la complicité passive des pompiers et de la police, pour filmer un cadavre.

Ou encore dans cette vidéo, où on assiste en fait à la mort de 3 êtres humains.

Si nous diffusons ces vidéos et pas seulement des captures, c’est pour réellement montrer leur contenu même si nous savons que nous participons aussi à leur diffusion.

Qu’est-ce qu’on fait ?

Ce que nous lançons aujourd’hui, c’est un appel à neutraliser leur nocivité pour la dignité humaine. Si vous gérez un groupe influent ou connaissez des admins, demandez-leur de virer les travailleurs de Sudpresse qui viennent faire leur beurre sur le sang de vos gamins en postant des liens vers SUDINFO.BE

 

Aujourd’hui, Sudpresse ne risque rien parce que personne ne fait rien. Globalement, toutes les personnes qui se plaignent de ce type de méthode sont systématiquement renvoyées vers le Conseil de Déontologie Journalistique. Sauf que le CDJ, qui est une instance d’auto-régulation, n’a aucun pouvoir de sanction. Donc à part une publication sur le site internet qui explique leur condamnation (ce qu’ils font en insérer l’avis du CDJ en fichier image pour éviter qu’on ne puisse le copier/coller et le trouver en cherchant dans google), ils peuvent continuer tranquillement à salir l’humanité.

Nous avons donc aujourd’hui un organe de presse subsidié à hauteur de plus de 1,6 millions d’euros par an (les aides régionales et externes étant très difficiles à identifier) qui sans cesse abîme la vie de citoyens sans la moindre sanction. 

Et qui se complait dans ses chiffres formidables acquis grâce aux pires ficelles de l’âme humaine.

Merci de votre temps et merci de partager.

Advertisement

Non classé

Lockdown Partouze: « Il m’a dit vouloir se faire des PCR, je pensais pas que c’était des Plans Culs Réguliers »

Published

on

Le logeur de la partouze de diplomates à Bruxelles, Jawad B., s’indigne de voir les gens l’accuser sur les réseaux sociaux d’irresponsabilités.

J’ai loué à des infirmiers qui m’ont dit vouloir se faire des PCR, je pensais qu’ils parlaient de s’enfoncer des tiges dans les narines, pas autre chose et ailleurs.

Un test diagnostique du SARS-CoV-2 peut être effectué en cas de suspicion de maladie à coronavirus 2019 (Covid-19) à l’examen clinique et en complément à des examens approfondis (tomodensitométrie, etc.). Il peut être effectué par des tests de réaction en chaîne par polymérase après transcriptase inverse pour la détection de l’ARN viral (RT-PCR) ou par des tests à base d’anticorps ELISA pour la détection des protéines du virion.

L’infrastructure de recherche européenne EVA (European Virus Archive) s’est rapidement organisée pour fournir aux laboratoires de diagnostic du monde entier des éléments viraux destinés à servir de contrôles pour les tests basés sur l’ARN ou sur la protéine.

Continue Reading

Non classé

Le père du député partouzeur est fier « ce n’est pas sa faute, il a herité de ma kette »

Published

on

Le député européen hongrois József Szájer, membre du très conservateur Fidesz de Viktor Orban, a assisté à une « partouze » dans le centre de Bruxelles avec d’autres diplomates.
Son papa se dit très fier de lui.
« Une belle kette de père en fils »

Continue Reading

Non classé

Covid Partouze à Bruxelles: Jean-Marie Le Pen était présent

Published

on

Selon la presse belge, la police a trouvé 25 hommes nus, dont un député européen et un nombre certain de diplomates, dont Jean-Marie Le Pen masqué.

Le rapport des médias a également déclaré que l’eurodéputé avait tenté de fuir par une fenêtre mais s’était blessé au cours du processus et avait été appréhendé par la police avant de revendiquer l’immunité du Parlement européen.

Ce n’est pas la première fois que la famille Lepen se voit être agité par un scandale sexuel. Pierette Lalanne, soeur de Francis, alors fraichement ex femme de Jean-Marie, posa pour Playboy afin de venger sa rupture avec son ancien mari.

Lorsque des confrères journalistes lui ont demandé si malgré tout il avait pensé à se protéger, le patriarche aurait rétorqué : « Ce n’est qu’un détail de l’histoire, n’est-ce pas ? ».

Selon les règles internes, l’immunité ne peut être invoquée lorsqu’un député européen est trouvé en train de commettre une infraction.

Le Parlement européen n’a confirmé aucune enquête en cours. Selon les règles internes, le Parlement ne peut pas prendre de sanctions contre un député européen qui a commis un crime en dehors de ses fonctions parlementaires.

La compagnie aérienne Ryanair a saisi cet élément de l’histoire dans un tweet mardi, écrivant: «Vous cherchez à vous évader rapidement de Bruxelles? Nous proposons des vols à partir de 14,99 € seulement (dans ce cas, nous ne recommandons pas le siège côté hublot). »

La Belgique a annoncé un deuxième verrouillage le mois dernier, avec un couvre-feu en place et des rassemblements de plus de quatre personnes interdits.

Continue Reading

Trending