C’est un coup dur pour le gouvernement Italien. En effet, après de nombreuses crises économiques et un État de moins en moins efficace, c’est maintenant la culture qui souffre des coupes budgétaires demandées par Bruxelles. C’est ainsi que la Tour de Pise a été mise aux enchères et que le gouvernement Chinois a réussi à l’avoir au nez et à la barbe d’un pizzaïolo qui était prêt à vendre son vélo pour l’acquérir. 

Le gouvernement de Pékin, une fois la tour en sa possession, a immédiatement annoncé de grands travaux pour la remettre parfaitement droite et perpendiculaire. Pourquoi de tels investissements ? Notre équipe est allée à la rencontre du gouvernement de la république populaire de Chine.

<< C’est une question très stratégique vous savez, nous devons éliminer nos concurrents qui absorbent beaucoup de touristes qui pourraient venir et se faire arnaquer en Chine plutôt qu’en Italie >> Nous annonce, visiblement très heureux, le porte parole du gouvernement. Bien entendu, nous avons cherchés à en savoir plus, étonnement, notre invité resta plus timide sur l’avenir. << Oui, évidemment, il y a encore beaucoup d’autres achats que nous aimerions faire, mais ma hiérarchie ne souhaite pas communiquer à l’avance ses cibles, cela pourrait faire monter les prix par anticipation, vous comprenez. >> 

Un entretient que nous pouvons qualifier d’éclairant et lumineux.

Commentaires