jeudi, octobre 17, 2019

Le site Nordpresse dans son intégralité renvoie désormais vers cette page. Nous sommes en grève.

Fascinant de voir comme on a pleurniché sur la neutralité du net « tuée » par les USA. Par contre quand l’Europe, sous pression des éditeurs de presse, des publicitaires et des journalistes, fait bien pire, on applaudit. Monde de merde.

Mais bon, on a à quelques mois des élections et ce sont les médias qui vont les faire, ces élections européennes.

Lettre au Soir et à tous les éditeurs de presse qui sont en train de faire la plus grande erreur de leur histoire. 

Cher Journal Le Soir, tu n’as rien compris et tu es en train de non seulement essayer de tuer internet, mais également de te suicider.

1- Informer a un coût, c’est vrai. Et ce coût, il faut le faire payer à tes lecteurs. Il faut arrêter de remplir ton journal de publicité pour profiter du temps de cerveau disponible de ceux qui te font vivre. Il faut que tu fasses moins d‘actualité, mais plus d’information. Parce que l’actualité, on la trouve sur Twitter, diffusée aujourd’hui par n’importe quel gamin de 13 ans avec un téléphone. L’information, elle, a un coût, c’est vrai. Un coût humain essentiel.
2- Si tu es devenu une filiale numérique de Facebook, Google et compagnie, c’est parce que tu l’as voulu. Tu as profité du génial essor des réseaux sociaux pour pouvoir ramener du monde sur ton site internet que tu as si longtemps dénigré. Tu as considéré pendant des années que le web n’avait pas d’avenir et tu as donc prostitué ton site web à Facebook. Et aujourd’hui, tu aimerais que Facebook te paye un peu. Mais Facebook n’a pas besoin de toi. Facebook a besoin de Dylan 13 ans qui filme un accident de voiture. Il n’a pas besoin de journalistes, d’information. Il a besoin d’actualité.
3- Tu n’es pas obligé d’offrir ton contenu à Facebook ou Google. Si tu veux, tu peux très facilement bloquer la possibilité de partager tes liens, résumés d’articles et photos sur Facebook. Mais tu n’en a pas envie. Tu veux le beurre et l’argent du beurre. Facebook t’as permis pendant des années de te prostituer pour des tas de SES clients. Si tu veux te libérer de ton proxénète, tu dois récupérer ses clients, mais pour ça, tu as intérêt à être bon dans ce que tu fais. Et je pense que c’est ça qui te fait peur. Parce que sans ton mac, tu sais que les utilisateurs ne viendront plus. Parce que ton contenu n’est pas assez de qualité pour que les utilisateurs payent pour ton travail. Ils veulent se faire sucer en regardant de la publicité, pas sortir 2€ pour te lire.
4- Tu parles d’une alliance improbable entre les ultra-libéraux, les libertaires et les populistes. Et tu as raison. L’alliance improbable est pourtant celle qui aujourd’hui a le plus de sens. C’est l’alliance de ceux qui pensent aux gens (même dans leurs pires travers moraux) alors que toi, tu ne penses qu’à toi.
5- Tu n’as aucune preuve que la directive sera transparente. Cette directive est floue et c’est justement le problème. Cette directive pourrait être appliquée sans compromettre (de trop) la neutralité du net, mais elle pourrait aussi littéralement atomiser la nature même du web, la possibilité de partager du contenu et d’y accéder de manière égalitaire qui qu’on soit et où qu’on soit.

A LIRE AUSSI SUR PAYKNOW, LE NOUVEAU SITE (SERIEUX) DU CREATEUR DE NORDPRESSE: