« Quelque chose ne fonctionne plus dans ce capitalisme qui profite de plus en plus à quelques-uns »

This screen shot made on April 16, 2019 shows French President Emmanuel Macron addressing the nation on French private TV channel TF1 during which he vows to rebuild Notre-Dame de Paris Cathedral within five years, a day after a fire erupted in the 850-year-old landmark, and Macron had cancelled a speech expected to outline key measures in response to months of anti-governments protests. (Photo by ludovic MARIN / AFP)

Emmanuel Macron se rebiffe, alors que l’acte II du quinquennat doit être lancé par Edouard Philippe. Devant l’Organisation internationale du travail, basée à Genève, en Suisse, le chef de l’Etat a fustigé les dérives du système économique, indique Le Monde. « Quelque chose ne fonctionne plus dans ce capitalisme qui profite de plus en plus à quelques-uns. Je ne veux plus que nous considérions que le sujet d’ajustement économique et de la dette prévaut sur les droits sociaux », a indiqué Emmanuel Macron.

Le président de la République a plaidé pour une « économie sociale de marché où chacun trouve sa part », critiquant la « captation des richesses par quelques-uns ». Emmanuel Macron s’est défendu de tenir un double discours, « crypto-marxiste » à Genève et plus libéral en France.

Protection sociale. Emmanuel Macron a souligné les dangers d’une mauvaise répartition du profit : « Quand le peuple ne trouve plus sa part de progrès », il peut alors être « attiré par l’autoritarisme, qui dit : “la démocratie ne vous protège plus contre les inégalités de ce capitalisme devenu fou. Nous allons faire des murs, des frontières, sortir de ce multilatéralisme, il est mou”. »

Difficile de ne pas voir un parallèle avec le mouvement des Gilets jaunes en France. Le chef de l’Etat a d’ailleurs fait une allusion à la situation. « Nous avons peut-être parfois construit des bonnes réponses trop loin de nos concitoyens en considérant qu’il y avait des sachants et des subissants. C’était une erreur fondamentale », a-t-il reconnu.

Pour endiguer la colère, Emmanuel Macron a demandé l’établissement d’un « ordre public social », la création d’un « fonds à impact social et environnemental » au G7 et à ce que le groupe de discussion appelle les pays mondiaux à mettre en place un système de protection sociale pour tous d’ici à 2030.

Source

Les commentaires sont juste en dessous de la publicité:

Commentaires