Après tout le bordel autour de notre article sur Shimon Peres, j’avais vraiment décidé d’arrêter Nordpresse et de faire d’autres machins, sans afficher mon nom et sans qu’on puisse donc faire des liens entre mes différentes activités (Animations dans les écoles sur l’information sur internet, chroniques radios,…). Car, fatalement, le fait d’être aussi une « personnalité publique » implique une responsabilité sociale et morale qui n’est ni agréable, ni facile à gérer pour un chien fou comme moi. De plus, j’ai passé une semaine de merde et aujourd’hui j’ai une sale gueule de bois, mais ça, comme me le disait un ami, on la mérite toujours.

Bon, disons la vérité, désolé à ceux qui ont réussi à (encore) se faire troller par nous, mais on n’arrête pas. Et voici pourquoi :

Ce qui est désagréable et étrange, c’est de voir beaucoup de commentaires qui associent la fin éventuelle de Nordpresse à « une victoire du lobby juif/complot médias/…. » et c’est ridicule. Du coup, en arrêtant, on fait le jeu des Dieudonné, Soral et compagnie. Et c’est vraiment dur d’être aimé et récupéré par des cons. C’est vrai, il y a beaucoup de sujets dont on ne peut plus rire aujourd’hui, et même si je ne le comprends pas, j’accepte les règles du jeu pour me préserver d’une certaine manière. Mais il est intellectuellement malhonnête de croire que seul le judaïsme est moins « attaquable » qu’avant; ce raidissement concerne énormément de sujets. Qu’il s’agisse de handicap, d’ethnies, de communautés, de métiers même, les gens sont plus repliés sur eux-mêmes qu’il y a 30 ans et sont plus vite choqués. Les peuples, par peur, préfèrent moins de liberté pour plus de sécurité, et c’est également le cas en matière de liberté d’expression.

Dans les urnes comme dans les idées, le repli identitaire qu’on voit un peu partout provoque aussi moins d’ouverture à la dérision. On l’a vu avec le déferlement de haine suite au dessin du petit Aylan/Alan de Charlie Hebdo. Énormément de gens ont craché sur Charlie Hebdo pour avoir fait ce dessin « honteux » qui se « moque » d’un gamin mort… Et ce sont les mêmes personnes qui ne font rien pour éviter que des gamins meurent à nos portes. Ce qui est honteux, ce n’est pas de faire des blagues sur le gamin mort, ce qui est honteux c’est qu’il soit mort. Mais c’est plus facile de s’attaquer à celui qui caricature que de se regarder dans le miroir.

aylan-origine-50b6a

Non, le judaïsme n’a pas le monopole des limites de l’humour en 2016

Lorsqu’il s’agit de thèmes aussi durs et sensibles que la Shoah (ou la mort d’enfants etc.) fatalement ça cristallise, l’onde de choc est plus grande et provoque également une sorte de cercle vicieux entre ceux qui sont outrés, ceux qui se cachent derrière l’humour pour diffuser des idées racistes, ceux qui ont peur qu’on ne puisse plus rire de tout, etc. Ce qui donne toujours un mauvais débat qui n’en finit pas et dont personne ne ressort grandi. Ce n’est d’ailleurs pas le premier article trash qu’on vire suite à une levée de boucliers. Et les précédents concernaient les musulmans, les enfants morts, une compagnie aérienne, une boîte de production de films… Même si à ce moment-là on n’en a pas trop parlé. C’est là qu’est le cercle vicieux: si on supprime un article trash sur un enfant mort, tout le monde s’en fout. Si on vire un article trash sur les juifs, tout le monde croit que c’est à cause du grand complot.

Voir le post ici, typiquement le genre de trucs qui nous fait chier de voir, parce qu’on est récupérés par des cons qui utilisent un fait divers comme une preuve de leurs convictions profondes.

Alors on continue, pour montrer que non, il n’y a pas de grand complot qui nous fera taire, il y a simplement des sensibilités plus fortes chez certains (et on peut le comprendre). Et si on arrête un jour, c’est parce qu’on en aura eu marre de faire des blagues débiles ou parce que j’aurai été assassiné par un militant arabo-juif-chômeur-socialiste-syndicaliste-électeurFN-roux-homosexuel, un profil de plus en plus répandu selon le site d’informations Nordpresse.

Mais pas que pour ça

Notre dernier article expliquait qu’on ne publierait plus rien qui puisse choquer qui que ce soit. Et qu’on ne publierait donc plus rien du tout. Mais on a remarqué dans les nombreux commentaires de soutien reçus que beaucoup d’entre vous étiez choqués qu’on arrête. Du coup, dilemme! Que faire ? Est-ce qu’on continue à choquer certains bien-pensants sans second degré, ou est-ce qu’on choque nos lecteurs en arrêtant ? Et bien on a choisi: on va continuer à emmerder les premiers pour ne pas rendre triste les seconds, c’est-à-dire vous, chers lecteurs que j’aime tant. Faites l’amour, vivez, allez au cinéma, lisez, faites l’amour, buvez, mangez: la vie est courte, mais elle est belle.

Allez, gros bisous, que la fête continue !

Vincent Flibustier, connard au cœur tendre.

2254

PS: Si quelqu’un me lit chez Sudpresse, va falloir annuler la fête et les petits fours.

image

 

Facebook Comments