Connect with us

Ivre

Ivre, un chirurgien chinois greffe la main d’un patient sur sa cheville

Published

on

Changhsa – Tin Wei a eu la main droite sectionnée lors d’un accident de travail le 10 mai dernier. L’équipe de médecins de l’hôpital de Changhsa dans la province de Hunan  en charge de soigner le bras de Xia Wei avaient prévu une greffe. L’opération s’est déroulée ce lundi.

Cette greffe somme toute assez banale et qui selon toute vraisemblance aurait dû se passer sans anicroche a fini en véritable calvaire pour le jeune chinois. Vers 17h30 au réveil de l’anesthésie il s’est rendu compte que sa main lui avait été greffée sur la cheville au lieu de l’emplacement initialement prévu…; son bras.

Selon les premiers éléments, le docteur Sung Chi, chirurgien en chef du service de chirurgie réparatrice de l’hôpital de Changhsa qui a pratiqué l’opération serait arrivé avec environ deux heures de retard dans état plus que déplorable.

L’infirmière en charge du bloc opératoire témoigne :

Après avoir été obligé d’administrer une seconde dose d’anesthésiant au patient du fait de l’attente. Il est enfin arrivé… Dans un état..Je n’ose toujours pas y croire! Il titubait et puait le saké. Il nous a ensuite ordonné de quitter le bloc. Vous savez dans notre culture la hiérarchie prévaut sur tout. Nous nous sommes donc exécutés pour retrouver le patient en fin d’opération et l’emmener en salle de réveil.  

C’est donc en salle de réveil que les infirmières se sont rendues compte de l’erreur commise par le chirurgien. Elles ont directement alerté le directeur de l’hôpital qui s’est dit très étonné par le comportement du docteur Sung Chi.

chine

Ce dernier a quant à lui disparu de la circulation. Suite à la plainte déposée par le jeune chinois auprès du parquet de Pékin, un avis de recherche et un mandat d’arrêt ont été délivrés par les autorités chinoises, indique l’AFP.

Tin Wei devrait subir une nouvelle intervention d’ici un mois mais pourrait ne pas retrouver entièrement l’usage de son membre.

Coronavirus

Pour rester ouvertes pendant le confinement, des églises proposent désormais du vin de messe à leurs « clients »

Published

on

Pour rester ouvertes, des églises proposent désormais du vin de messe à ses "clients"

 

De nouvelles restrictions sont désormais en vigueur à cause du confinement. Mais les règles sont floues, notamment sur la définition de « commerces alimentaires ». Pour rester ouvert, il faut donc être un « secteur essentiel » à la vie de la nation. Premiers concernés par ce maintien : le secteur agroalimentaire, les commerces alimentaires, grandes surfaces, pharmacies, banques, stations-service, les garages automobiles, le secteur de l’énergie, des télécoms, de la distribution d’eau, vendeurs de journaux. Le BTP, les services publics, les usines resteront en outre ouverts.

Les secteurs « non essentiels » devront, eux, fermer leurs portes. Cela concerne par exemple les différents lieux de cultes, dont les cérémonies religieuses ne pourront pas s’y tenir. Des églises, proposent désormais du vin de messe à la vente au public pour rester ouvert. « Je ne sais pas si c’est vraiment dans la légalité, mais bon, on va crever de faim si on continue comme ça », déplore un prêtre qui a préféré rester anonyme.

Continue Reading

Conseils

Couvre feu à 21h : Nos techniques pour être bourré dès 18h

Published

on

Visiblement, notre gouvernement ne galère pas que face aux mouvements sociaux.

Incapables de gérer autre chose que la feuille d’impôt des plus riches, la bande à Castex doit désormais s’en remettre au leader suprême pour éviter que la France subisse la plus grande calamité du 21ème siècle depuis Keen’V. 

On attend donc des annonces de la part de l’exécutif qui pourraient aller jusqu’à la mise en place d’un couvre-feu dans les zones les plus touchées. 

Ce n’est pourtant pas leur coup d’essai. Après nous avoir trahis en fermant les bars et en nous forçant a consommer des frites surgelés pour avoir le prétexte de boire des pintes, les voilà qui veulent nous forcer à tout arrêter à 21h.

Pour lutter contre ces mesures tout en apprenant à vivre avec le virus, voici nos conseils pour continuer une vie normale :

Lever 13h, ça change parce que d’habitude c’est 15, mais là, y une heure limite c’est pas pareil

– Arrivée au PMU 14h, on regarde BFM, on boit des demis et on joue au banco comme si de rien n’était.

16h, les cacahuètes n’ont plus le même goût pisse depuis que les gens mettent du gel hydroalcoolique, mais tant mieux ça fait tourner la tête.

17h, ruez-vous au supermarché le plus proche. Faites le plein en fonction de ce vous buvez, n’oubliez pas vos amis qui se feront coincer par le couvre-feu et qui iront s »échouer sur votre canap’.

 -18h, la beuverie peut commencer. Portez le récipient rempli d’alcool à votre bouche et réitérez jusqu’à plus soif.

Ne nous remerciez pas.

Continue Reading

Conso

Jean-Vincent Placé ouvre des bars clandestins « J’ai soif et je ne suis pas le seul »

Published

on

Ne l’appelez plus Jean-Vincent Placé mais Snorky. « Je voulais que l’on m’appelle Scarface mais non, on verra plus tard. »

Snorky a donc décidé de braver l’interdiction d’ouvrir les bars et autres points de vente de consommation d’alcool. « Mon passé a ressurgit après 2 semaines de confinement. J’ai donc rassemblé une drink team pour se lancer dans l’ouverture de bars clandestins. »

Et ça marche. Sur la capitale, Snorky annonce gérer près de 200 bars clandestins dont 80 dans des écoles « Elles sont fermées, c’est l’idéal ! »

Pour la province c’est plus compliqué mais Snorky a plus d’un tour dans son sac « On a instauré des Covid bars: tous les centres de tests font aussi bars clandestins. Malin le Snorky. »

Seul point noir de cet empire clandestin et lucratif « Je ne peux pas rentrer dans mes propres bars car c’est la police qui gère la sécurité. » Merci quand-même Snorky.

Continue Reading

Trending