Francois Fillon :  » Pénélope est la preuve qu’il faut en finir avec l’assistanat « 

De nouvelles révélations viennent entacher le discours du candidat de la Droite, déjà accablé avec la mise en lumière de faits d’emplois fictifs, notamment au travers du Pénélope Gate qui ferait état d’un quelque 900000€ perçu par l’épouse de Francois Fillon comme assistante parlementaire, ainsi qu’à La Revue Des Deux Mondes pour un emploi dont l’ex directeur de la revue, Michel Crépu, avoue ignorer l’existence; ou encore de rémunérations consenties aux enfants du couple pour leur qualité d’avocat, alors que Marie et Charles étaient encore étudiants, ainsi qu’une sombre histoire de détournement de fonds.
Mais pendant que Mr Fillon continue de dénoncer  » une opération de calomnie très professionnelle, d’une extrême ampleur, sans précédent sous la Ve République », le Canard enchaîné met en évidence les incohérences de son discours. Aux accusations d’emplois fictifs, il répond par des approximations, s’embourbe en travestissant la chronologie.
C’est ainsi que le 26 Janvier, le candidat LR affirmait chez TF1 :
« Ma femme travaille pour moi depuis toujours. Elle l’a fait bénévolement pendant des années. En 1997, j’ai un collaborateur parlementaire qui est parti, je l’ai remplacé par Penelope. »
Et de menacer de poursuivre en diffamation ceux qui prétendent que Pénélope ne travaillait pas. Mais c’était sans compter sur les discours de Mme Fillon elle-même, en extrait :
« J’ai pris conscience que mes enfants ne m’ont connue que dans le rôle de mère. Mais j’ai un diplôme de français, un certificat d’avocate. J’ai pensé : Regarde, je ne suis pas si bête. Cela va me remettre au travail, me faire réfléchir de nouveau… » en mai 2007.
En Juin 2008 :
« Je n’ai pas de rôle, voilà, je l’accompagne de temps en temps, comme ça, ça se limite à ça »
En octobre 2016 :
« Jusqu’à présent, je ne m’étais jamais impliquée dans la vie politique de mon mari. »

Si Francois Fillon admet une rémunération officielle à partir de 1997, le « Canard », lui, révèle que Penelope a aussi été rémunérée par son mari entre 1988 et 1990: « C’est en 1988, et jusqu’en 1990, que la Penny est embauchée une première fois par le jeune député de la Sarthe Fillon », écrit l’hebdomadaire, « lequel, pour l’époque, ne se montre pas radin : pendant ces trois années injustement méconnues, son assistante inexpérimentée empoche, en francs, l’équivalents de 82.750 euros bruts ». Une jolie somme pour du bénévolat.

Interrogé sur ses intentions, notamment pour savoir s’il allait porter plainte pour diffamation auprès de sa propre femme, François Fillon a refusé de s’avancer. Coincé et inquiêt pour sa crédibilité, le candidat aurait seulement déclaré :  » Je reste fidèle à mes convictions. Pénélope est bien la preuve qu’il faut en finir avec l’assistanat. « 

Les commentaires sont juste en dessous de la publicité:

Commentaires