Dutroux bientôt à l’université « Je n’ai pris que des mineures »

Nivelles, le 04/09/2018

Aujourd’hui, nos journalistes ont eu l’honneur de rencontrer l’étonnant et sureprenant Marc Dutroux à sa sortie de prison. S’en est suivi une interview que nous vous avons résumé ci-dessous :

A sa sortie de prison, Marc a l’air plutôt serein, avec beaucoup de projets pour sa vie future : il souhaite notamment reprendre ses études, en s’inscrivant à l’université de Bruxelles, et ce dans une filière qui le passionne depuis des années : le droit. Notre ancien électricien souhaiterait en effet exercer le rôle de juge aux affaires familiales à l’avenir, et ce pour « défendre les droits des enfants et les protéger des persones qui leur voudraient du bien ». Lors de son inscription, Marc a eu quelques difficultés dont il nous a fait part, provoquant chez lui un profod désarroi : en effet, lors de son inscription à l’université, il eu le choix entre une majeure, qui représenterai environ 20heures de cours par semaine, et une mineure qui compléterait son emploi du temps.

Et c’est là que la situation s’est complexifiée : Marc voudrait remplacer sa majeure par uniquement une voire des mineures ! En effet, il évoque le fait que ce serait bénéfique pour lui et les mineures de se retrouver une vingtaine d’heures par semaine dans le but de « passer un moment convivial et plus si affinités ». Pour essayer de décanter la situation, Marc s’est rendu sur place, pour rencontrer l’administration et trouver un arrangement où « tout le monde aurait son compte ».

Lors de sa visite de l’univerité Bruxelloise, M.DUTROUX aurait rencontré de nombreux centres d’intérêt, et nous a fait part de son angoisse : « Je n’arrive pas à choisir de mineure, elles sont trop nombreuses, mais les mineures Emma et Jeanne, deux surdouées étant rentrées à la fac dès leurs 11 ans, m’intéressent tout particulièrement ». Dans le but de les rencontrer et de tisser des liens, Marc a fait une demande à l’administration de l’université, et a constitué un dossier attestant de sa bonne volonté d’ « encadrer des jeunes et leur permettre de trouver leur voie ». Il ajoute qu’il a « toujours voulu passer un CAP Petite Enfance, mais qu’il a abandonné son projet qui lui tenait tout particulièrement à coeur, à cause des déclarations de sa mère : « j’ai déjà du mal à résister à coucher avec son grand frère, alors j’ai peur qu’il considère les enfants dont il s’occuperait comme si c’était les siens, et qu’il s’inspire de ce que j’ai pu faire à son frère ».

Au moment où je vous écris cet article, Marc m’envoie un SMS pour m’avertir que l’administraion Bruxelloise a accepté sa demande de « prise en charge de mineures dans le cadre de cours à l’université et des sorties extra et périscolaires ». Marc pourra donc commencer un accompagnement personnalisé avec les jeunes Emma et Jeanne, pour « leur apprendre la vie et à se méfier des mauvaises personnes ».

Nous avons convenu avec Marc de nous recontacter régulièrement pour qu’il nous tienne à jour de ses « aventures » aux côtés des jeunes filles.

AVE, pour Nordpresse, le 04/09/2018

Les commentaires sont juste en dessous de la publicité:

Commentaires