Le dirigeant de la CGT, Philippe Martinez, décide de rejoindre les black blocs

Suite aux agressions dont la CGT se dit victime de la part des forces de l’ordre lors de la manifestation du 1er-Mai à Paris, le dirigeant de la centrale syndicale appel ses militants à rejoindre le mouvement informel des « Black Blocs », qu’il critiquait pourtant jusque là.

La journée du 1er-Mai à Paris a été émaillée de plusieurs incidents entrainant plusieurs blessés, autant du côté des manifestants que des forces de l’ordre. Suite à un mouvement de foule confus, une compagnie de CRS a pris à partie le leader Cégétiste, contraint de quitter le cortège.

Des témoins affirment l’avoir revu plus tard dans le cortège, entièrement vêtu de noir, un foulard sur le visage, scandant « Tout le monde déteste la police ».

De son côté, le ministre de l’intérieur Christophe Castaner affirme que « les forces de l’ordre ont respectées des ordres clairs, avec un professionnalisme remarquable ». En effet la préfecture de police avait donné comme consignes aux policiers de « taper sur tout ce qui bouge », d’où leur intervention après le mouvement de foule.

En plein mouvement des « Gilets Jaunes », ce revirement du syndicat historique pourrait entrainer un regain de tensions lors des prochaines manifestations.

Les commentaires sont juste en dessous de la publicité:

Commentaires