Dominique Desseigne, le patron du Fouquet’s, a expliqué à Libération a quel point la vitre brisée le 15 juillet dans son établissement avait été un coup dur pour son établissement.

En effet, l’équipe en place a dû vendre 23 cafés pour rembourser les 2500 euros de virtrier. Un montant que l’établissement compte bien réclamer aux auteurs de l’acte de vandalisme une fois ceux-ci identifiés.

Jalouse, Brigitte Macron détruit pour 200.000€ de vaisselle à l’Élysée lors d’une scène de ménage

 

Commentaires