Une végane s’inocule le SIDA pour que ses globules blancs ne tuent plus des microbes innocents

« L’idée m’était devenue insupportable. J’y ai pensé le mois dernier quand j’ai eu la tourista après un voyage en Inde. On m’a fait prendre des antibiotiques large spectre… ça a été un déclic.» C’est par ces mots qu’Églantine, 23 ans, esthéticienne et avant tout végane s’est exprimée. Églantine a pris une décision importante : elle s’est fait inoculer le SIDA. La raison ? Elle ne supportait plus l’idée que son système immunitaire tue sans discernement des microbes innocents : « Je respecte tous les êtres vivants, et je ne peux pas tolérer qu’ils soient tués uniquement parce qu’ils pourraient mettre ma santé en danger. Et aujourd’hui c’est un grand jour ; j’ai eu le résultat du dépistage et il est positif »

Cette décision controversée est vivement critiquée par les associations comme le Sidaction : « Étre con à ce point-là, c’est à peine croyable. Mais bon, en même temps, c’est de la sélection naturelle. J’espère que ce cas sera unique. En plus, je ne comprends pas: les microbes, c’est même pas de la viande. C’est aberrant!» explique un responsable. D’ailleurs, aucun médecin n’a accepté d’inoculer volontairement la maladie. C’est la raison pour laquelle Églantine a décidé d’avoir un rapport sexuel non protégé avec un séropositif. Au bout de plusieurs essais, ce fut concluant. Églantine émet cependant une réserve : « Ce que je regrette, c’est qu’au cours de nos rapports, tant de spermatozoïdes soient morts pour rien. J’aurais dû utiliser la seringue d’un drogué contaminé… »

Une histoire qui suscite la polémique dans le milieu de la médecine. Néanmoins, c’est aussi ça la démocratie: laisser les idiots mourir de leur bêtise.

Likez notre page Facebook et gagnez de nombreux cadeaux !

Commentaires

PARTAGER