Trafic d’oranges démantelé à Binche

0

Dario, 54 ans, a été arrêté aujourd’hui pour trafic d’oranges sanguines à quelques jours du début du carnaval de Binche. Plus de 20.000 oranges ont été retrouvées dans sa voiture qui, remplie, ne pouvait plus être conduite. Dario tractait celle-ci avec un scooter, ce qui a attiré l’attention de la police.

Le carnaval de Binche est un des plus anciens carnavals de Belgique. Il a été reconnu en 2003, par l’UNESCOcomme chef-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité.

Les festivités se déroulent en deux parties : le carnaval proprement dit et l’avant-carnaval, temps des « soumonces ». Le carnaval commence 49 jours avant Pâques et les soumonces six semaines avant les trois « jours gras ».

Le carnaval « de type binchois » se célèbre dans toute la Région du Centre, mais c’est à Binche qu’il demeure le plus codifié et le plus traditionnel. Les personnages principaux en sont les Gilles, qui dansent au son des 26 airs traditionnels du carnaval, sons qui sont joués par une batterie (sorte de petite fanfare) composée de cuivres, de tambours (en général, on compte six tamboureurs par batterie) et d’une grosse caisse (parfois deux dans d’autres villes).

Contrairement à leurs homologues des villages environnants, les Gilles binchois ne sortent que le Mardi-Gras et doivent respecter certaines coutumes (ne pas se déplacer sans l’accompagnement d’au minimum un joueur de tambour, ne pas s’asseoir en public, ne jamais être soûls, être obligatoirement Binchois d’origine, d’autres contraintes existent).

Les autres personnages, qui forment les sociétés dites « de fantaisie », sont l’Arlequin (enfants de l’Athénée royal de Binche), le Paysan (enfants du Collège Notre-Dame de Bon secours), les Pierrots . D’autres sociétés de fantaisie ont participé aux cortèges du Mardi-Gras d’antan et ont disparu (Marin : qui feront leur ré-appartion cette année 2018, Princes d’Orient, Mousquetaires, etc).

Les premières traces écrites du carnaval remontent à 1394, les festivités correspondant alors au début du carême. Le port du masque est interdit sous le régime napoléonien, aussi voit-on apparaître pour la première fois dans les textes le Gille en 1795, personnage masqué se révoltant.

Commentaires