Théo Francken: « On va diffuser ‘Noir c’est noir, il n’y a plus d’espoir’ dans tous les centres fermés »

0

Toujours à l’affût d’un bon buzz, le secrétaire d’état belge à la migration rend hommage à sa manière à Johnny Hallyday.

Les centres fermés hébergeant les clandestins en attente d’expulsion diffuseront en boucle ces paroles prophétiques du dieu du rock’n’roll hexagonal:

Noir c’est noir!
Il n’y a plus d’espoir

Une bonne blague raciste qui fera certainement rire plus d’un électeur de la N-VA, même si certains regretteront que « une chanson française à Steenokkerzeel, c’est un scandale, il aurait pu passer la version flamande« .

Le succès de Noir c’est noir est immédiat lors de sa sortie. La chanson semble alors en adéquation avec l’état d’esprit de Johnny Hallyday, en proie à de nombreux problèmes personnels et professionnels. Le titre n’a pourtant rien d’autobiographique. En effet, lorsque Georges Aber adapte le hit Black Is Black de Los Bravos, c’est son ressenti, son passé et ses désillusions qu’il transcrit1. Pour autant, c’est à l’intention de l’artiste qu’il écrit le texteCit. 1. Ce dernier ne montre guère d’empressement à l’enregistrer et remet cela sans cesse à plus tard, malgré les insistances du parolierN 1.

Johnny Hallyday est en studio à Londres, du 1er au 9 septembre, pour des (nouvelles2) sessions d’enregistrements de l’album à paraitre La Génération perdue. Après une séance de travail, Johnny Hallyday annonce qu’il va faire un essai sur Noir c’est noir, « juste une répétition, comme ça, pour voir3. » Georges Aber a l’intuition qu’il va se passer quelque chose et fait signe à Lee Hallyday, réalisateur du disque, de l’enregistrer… Le groupe est prêt et Hallyday (ignorant le fait), chante dans les conditions du direct, d’un trait Noir c’est noir et avec une telle intensité que cette unique prise sera conservée4.

Le 10 septembre, le chanteur est de retour à Paris, où il apprend par la presse que Sylvie Vartan (épousée depuis un peu plus d’un an tout juste), demande le divorce… Depuis son retour de l’armée, il a également de sérieux problèmes avec le fisc qui lui réclame un conséquent arriéré d’impôts5. Ce jour là, Johnny Hallyday doit se produire à la Fête de l’Humanité6. Quelques heures avant la représentation, il s’enferme dans la salle de bains de son appartement, avale des barbituriques, de l’eau de cologne et se taillade les veines du poignet droit7. Découvert inanimé par son secrétaire Ticky Holgado, il est admis d’urgence à l’Hôpital Lariboisière8. Dépressif, il suit une cure de sommeil dans une clinique9.

Le 20 septembre, Noir c’est noir est sur les radios et le super 45 tours disponible chez les disquaires. Le disque, sur les quatre titres proposés, ne contient que deux chansons de Johnny Hallyday, les deux autres morceaux étant des instrumentaux de Mick Jones et Tommy Brown (respectivement guitariste, batteur et compositeur pour le chanteur). Daniel Lesueur met en évidence l’étrangeté de son contenu et pose la question de l’opportunité saisie par la maison de disques de profiter de l’actualité tragique du chanteur pour le diffuser à cet instantCit. 2 ? Georges Aber déclare que la chanson a été mixée sans sa participationCit. 3.

Johnny Hallyday est de retour à Londres (du 30 septembre au 4 octobre10), pour achever ses enregistrements. Le 13 octobre à Évreux, il entame une tournée de quelques dates en guise de répétition générale, en vue d’un tour de chant à l’Olympia de Paris, le 18 octobre, dans le cadre d’un Musicorama (Jimi Hendrix qu’il a découvert à Londres en août, assure la première partie11). C’est un Johnny Hallyday amaigri12 que retrouve le public ; son tour de chant est profondément renouvelé, l’orchestre et le son également. Cet Olympia où s’impose particulièrement Noir c’est noir relance totalement sa carrière. Pour la première fois, il couple les titres Jusqu’à minuit (sorti au printemps 1966), Confessions (créé pour l’occasion) et Noir c’est noir. En 1967, à l’occasion d’un autre Olympia (avec Sylvie Vartan), il y joint la chanson Je suis seul. Ce trio Jusqu’à minuit / Je suis seul / Noir c’est noir (parfois nommé depuis sur les albums live « Medley rhythm ‘n’ blues » bien que chaque titre soit interprété dans son intégralité), va durablement s’imposer comme l’un des moments forts de ses prestations scéniques.

Commentaires

PARTAGER