Scandale alimentaire – La sauce samouraï serait à base de Ninja

C’est tout un pan de l’industrie agroalimentaire belge qui est sur le point de vaciller.

La réputation de cette sauce typique belge assez relevée n’est plus à faire. A la base, la sauce samouraï est un mélange de mayonnaise, de ketchup et de sambal ulek (pâte de piments indonésienne) ou d’harissa.

Mais voilà que le plus gros fabricant de sauce, Gamorra, vient de révéler dans un communiqué de presse, sous la pression de l’état japonais, que depuis plusieurs années un ingrédient supplémentaire a été intégré à la recette originale afin de lui conférer un goût plus fort et riche en fer: du sang de Ninja.

Cette annonce remet tout en cause sur cette sauce, ses vertues mais surtout son nom.

Car il existe une différence majeure de moralité entre les samouraïs et les ninjas : les premiers étaient des combattants en armure animés par un code d’honneur strict (le bushido) et souvent dévoués à un clan ou un seigneur, tandis que les ninjas étaient des mercenaires entraînés pour effectuer les sales besognes, comme des assassinats, des vols ou des missions d’espionnage.

En ajoutant du sang de Ninja, l’honneur des samouraïs est entaché. Mais gustativement parlant, nous devons reconnaître que la sauce a gagné en maturité.

Lors de la conférence de presse de Gamorra, une question d’un journaliste japonais est restée sans réponse:
« Votre ingrédient secret, peut-il expliquer la pénurie de ninjas au Japon depuis quelques années? ».

La justice a été saisie par le comité national des friteries pour trancher si ou non la sauce sera rebaptisée ou non en sauce Ninja. D’après nos estimations, le montant de la correction de tous les menus de restaurant belges pourrait avoisiner les 3 milliard d’euros.

Commentaires

PARTAGER