Revenu universel : Stéphane Moreau trouve scandaleux qu’on veuille payer les gens à ne rien faire

Avec la primaire à gauche en France, le débat a été relancé. Faut-il oui ou non un revenu universel ? Pour Stéphane Moreau, bourgmestre d’Ans, administrateur délégué d’IGIL, administrateur de Publilec, secrétaire général de la conférence des Bourgmestres de l’Agglomération liégeoise asbl, administrateur du PS fédération liégeoise, membre de la rédaction de Picsou Magasine édition Sambre et Meuse, Bénévole dans l’ASBL « adopte un administrateur », membre d’honneur du club de la chasse au Lion de la Province du Luxembourg, prétendant au trône de Fer, c’est non !

Entre deux excuses concernant l’affaire Publifin et de ses membres qui reçoivent un salaire tout juste correct pour avoir assisté à pas loin de 7 réunion en un an, le « super admin », comme on le surnomme, a trouvé le temps de donner son avis. « Comment peut-on imaginer, l’espace d’un instant qu’on puisse donner à quelqu’un qui ne fait rien de ses journées, la somme faramineuse de 800 € par mois ? » lance-t-il. « Que l’on soit clair : je suis socialiste et à ce titre je suis pour un juste équilibre des richesses ! J’ai un petit salaire a peine plus élevé que celui de Barack Obama. Et j’ai beaucoup plus de mandats que lui n’en avait… et puis soyons honnêtes : que feraient les pauvres avec de l’argent s’ils ne travaillent pas ? Rien d’intéressant ! Moi, mon temps libre (j’en ai beaucoup, je ne vais jamais aux réunions, je trouve ça chiant), je le passe à jouer au golf ou à voir des matchs de foot en loge VIP. Sincèrement, cette idée de revenu universel, ça décrédibiliserait la politique et ce serait créer un boulevard pour les mouvements populistes »
On ne peut pas dire que le bourgmestre d’Ans pratique la langue de bois. Quand on sait toutes les accusations dont il est victime, on doit se montrer heureux qu’il soit resté proche du peuple et de ses préoccupations.

Commentaires

PARTAGER