Première historique : un chercheur détecte une âme chez un roux

0

C’est un tremblement de terre au sein de la communauté scientifique. Alors qu’il était couramment admis que les roux étaient des êtres sans âme, le scientifique américain Derrick Carpman a fait une découverte ahurissante en analysant un spécimen.

« Il faisait partie de ma fournée habituelle de rouquemoutes, explique ce spécialiste. J’en prélève toutes les semaines directement dans la nature dans le but de les soumettre à différents tests, mais ce sont des examens purement biologiques qui visent à déterminer les causes de leur rouquinitude. Bien entendu, je ne m’attendais pas à repérer une âme chez l’une de ces créatures diurnambules… La probabilité était si faible que ce n’était pas du tout l’objet de mes études ! »

Une nouvelle à nuancer tout de même. Immédiatement interrogé par une chaîne de télévision américaine, Carpman a répondu négativement à la question « Les roux sont-ils donc humains ? ».

« Il faut rester réaliste, estime le chercheur. D’abord, il s’agit d’un seul spécimen de roux, à moins que nous ne parvenions à le cloner. En outre, les animaux ont une âme et ils ne sont pas humains pour autant. Qualifier un roux d’être humain, c’est aller très vite en besogne ». Gare aux amalgames, donc.

Suite à ces révélations, l’activiste rouquino-transgenre Claire Kittrell, à l’origine de la fameuse vidéo « Gingers have souls ! » (« Les roux ont une âme ! »), a réagi avec la passion qu’on lui connaît. Sur la dernière vidéo publiée sur son Twitter, on peut la voir hurler « I WAS RIGHT, I WAS RIGHT » en agitant une peau de renard dans les airs pour appuyer sa revendication. La star de l’Internet, toujours convaincue d’être un être humain comme les autres, termine son intervention en lançant des carottes sur le caméraman, actuellement dans la salle d’attente du service d’urgences d’un hôpital géorgien.

Likez notre page Facebook et gagnez de nombreux cadeaux !

Commentaires

PARTAGER