Ils pensaient faire du CrossFit, ils étaient en réalité employés par une société de déménagement.

25 mars 2017
0

Le CrossFit, on le sait, est le sport à la mode. En témoigne Jean-Michel qui a été séduit il y a 3 mois par une annonce publiée dans La Meuse. « Un coach proposait 5 séances de CrossFit par semaine, à raison de trois heures par jour, pour un tarif largement inférieur à ceux pratiqués par les salles de sport ». Un programme un peu particulier attend cependant Jean-Michel « Les rounds se composaient d’abord d’un exercice d’haltérophilie avec des caisses en carton remplies à ras bord qu’il fallait soulever, ensuite d’un sprint avec ces mêmes caisses dans la cage d’escalier d’un bâtiment jusqu’à un étage indiqué par le coach, pour terminer avec un exercice de traction à l’aide d’une poulie installée à la fenêtre afin d’élever un meuble posé sur le trottoir. Quant au nombre de répétitions de l’exercice, c’était très simple : le coach avait imaginé la routine ALATTINE, As Long As The Truck Is Not Empty (tant que le camion n’est pas vide) ».

Une formule qui gagne très vite en notoriété. Après quelques semaines, ce n’est pas moins de 35 personnes qui rejoignent Jean-Michel dans l’aventure. Rudy, le coach accompli, n’est pas peu fier « Cette formule est résolument gagnante. D’une part je suis payé par mes CrossFitteurs pour le coaching que je leur offre, d’autre part par mes clients pour le déménagement de leurs biens. En plus cela m’a permis de réduire drastiquement les coûts de ma société grâce au licenciement de mes 10 déménageurs devenus inutiles ».

Une initiative qui fait des émules également dans les services publics

L’avènement des formules « CrossFit » n’est pas l’apanage du secteur privé. Ainsi, c’est la STIB qui a également décidé d’innover en lançant une formule d’abonnement « CrossFit » en complément de l’abonnement standard à ses transports. Brieuc de Meeûs, administrateur de la société, nous dévoile le concept « Grâce à cet abonnement, les CrossFitteurs en herbe seront ravis car il est assorti d’une obligation de prendre les escaliers au lieu des escalators et d’une interdiction formelle de prendre le bus ou le tram, pour privilégier un déplacement en sprints, d’arrêt en arrêt, entrecoupés de séries de pompes ou sit-up. Une formule résolument économique, car elle ne coûtera que 40 euros par mois en complément d’un abonnement annuel à nos transports. ».

On le voit, le CrossFit est donc désormais à la portée de tous les budgets. Plus d’excuse pour ne pas commencer !

Commentaires

PARTAGER