Tous nos comptes et pages Facebook ont été bloqués.

Depuis quelques jours, nous en prenons plein la gueule de la part de Facebook.
Certes, il s’agit d’une entreprise privée qui fait ce qu’elle veut au même titre d’un bar qui se réserve le droit d’entrée. Mais en l’occurrence, nous sanctionner avec, sur nos 4 comptes privés, 30 Jours de ban, et sur notre page Nordpresse (204.000 fans) qui est désactivée, c’est un peu du délire.

Je vais continuer cette petite lettre à toi, cher lecteur qui est venu directement sur le site, à la première personne du singulier puisque tu le sais, nos chimpanzés sont désormais tous en chômage technique et ont sombré dans l’alcool et la drogue premier prix, la carapils et le snif de colle alors qu’il y a quelques semaines ils pouvaient encore se payer du Hibiki 21 ans et de la cocaïne. 

s
Quand tu réalises que tu vas plus pouvoir faire du clic avec les partages de gros débiles à cause des dénonciations de gros débiles.

Bref, j’ai eu peu le coeur lourd. Parce qu’à priori, à cause de nombreux signalements à Facebook, nous avons été désactivés. Mais une armée de débiles qui signalent des trucs, ça arrive tout le temps et à ma connaissance, les pages de Fdesouche, de Egalité et Réconciliation, etc, n’ont pas autant de problèmes.

Et là, se pose un vrai problème puisqu’il semble assez clair qu’aujourd’hui sur Facebook, il est plus acceptable de poster de la haine, de la violence (morale, sociale, politique, physique), de la violation de la dignité humaine (coucou Sudpresse),… Parce qu’à partir du moment où la publication est pernicieuse, elle passe.

Si vous publiez un article pour dire, en mentant totalement, que 99% des violeurs sont des migrants selon une étude, ça va passer.
Par contre, si vous publiez, et cela a été la raison de notre dernier ban, la campagne d’amnesty sur les esclaves en promo pour le Black Friday:

Et bien ça passe pas, parfois. Parce que globalement, même si de base c’est un algorithme qui gère les signalements, il y a toujours un humain à la fin. Et l’humain il en prend plein la gueule (article VICE à lire si ça vous intéresse) (Et encore plus complet du Guardian en anglais)

Ce qui est terriblement inquiétant pour nos démocraties c’est que du côté des états on se félicite et on encourage les géants d’internet à censurer les contenus illégaux pour éviter que les justices nationales doivent s’occuper de ce qui relève de l’infraction. Ce n’est pas censurer le racisme et les contenus illégaux qu’il faut faire, c’est identifier leurs auteurs et les juger. Du côté de la censure de propos de mauvais goût mais douteux, on est dans un vide juridique et moral. Est-ce qu’on considèrerait comme normal un café où on jette dehors les gens qui racontent des blagues de merde ? Est-ce qu’on considèrerait comme positif qu’un néonazi qui hurle dans ce même café soit simplement caché dans les toilettes du bar pour que les autres clients n’entendent plus ses propos mais sans en avertir la justice ? C’est exactement ce que les états demandent aux géants du web. Ce sont des questions qu’il faut se poser aujourd’hui avant qu’on arrive à un pouvoir absolu donné aux GAFAM par facilité, lâcheté et bêtise…

Bref, on ne sait actuellement pas trop ce qu’il se passe, il y a peut-être un modérateur Facebook qui a de la famille chez Sudpresse, a un cousin fan de Johnny qui vend des agendas Popeye après être revenu de Syrie… Parce que là, franchement, je suis le premier à dire que bon, la modération Facebook est hasardeuse et idiote mais pas ciblée. Là, je commence à me poser des questions. Ayant 3 comptes bloqués 30 jours pour des conneries (la publication qui a fait 10.000 partages sur le coffret Johnny elle n’a pas été censurée, wtf, alors que le ban de mon 2ème compte c’est à cause du partage de ça…), je commence vraiment à me demander pourquoi un tel acharnement. J’ai créé ce matin un nouveau compte Facebook avec un vrai nom, avec comme seul ami mon amoureuse. Je n’ai rien posté, rejoint aucune page. Et en 2 heures ce compte était bloqué avec une demande de photo pour valider mon identité.

C’est un peu fatigant et inquiétant pour la démocratie en général, parce qu’effectivement on a toujours le choix de ne pas être sur Facebook mais il est devenu impossible de s’en passer dans le monde médiatique actuel. Il est donc terriblement flippant de voir qu’aujourd’hui, ce qui est autorisé sur le plus grand réseau social du monde, c’est Kev Adams et Gad Elmaleh qui font les chinois. Ce qui est interdit, c’est Desproges. Pas qu’on se considère comme tel mais il est clair que Desproges en 2017, malgré l’admiration hypocrite de tout un milieu médiatique, il serait à peu près blacklisté de partout 😉

Si vous voulez nous faire un petit don pour nous aider à continuer le combat contre la bêtise et la haine ambiante, c’est par ici. Ca permettra aussi de payer de la vinasse à nos chimpanzés.

<3 Les amis. Sinon, partagez sur Facebook l’article, c’est bien aussi 😉


Likez notre page Facebook et gagnez de nombreux cadeaux !

Commentaires

PARTAGER