Maltraitance animale : Le responsable de Nordpresse faisait travailler des chimpanzés captifs.

Suite à une plainte déposée par la SPA, les policiers ont effectués une perquisition dans les locaux de Nordpresse.

Au troisième sous-sol, reclus dans une pièce exsangue, sur la porte de laquelle était écrit « Salle de Rédaction », les forces de l’ordre ont découvert 5 chimpanzés enchainés à des bureaux sur lesquels trônaient des ordinateurs.

Selon les premières constatations, il semblerait que ces innocents primates étaient forcés par leur tortionnaire, à rédiger des articles et répondre au courrier des lecteurs, et ce, sommet absolu de la cruauté animale, à l’aide d’ordinateurs encore équipés de windows 95.

Les pauvres bêtes étaient en état de choc. Elles étaient obligées par le responsable de Nordpresse, de se salir les mains en remuant la fange mediatique générée par Trump, Morano, Boutin et autres consorts qui ont fait l’actualité récente.

Autre détails navrant: pour supporter ce traitement inhumain, les singes se sont réfugiés dans l’alcool, ce qui ne va pas faciliter leur guérison.

L’organisation de défense des animaux qui a alerté les forces de l’ordre, prétend avoir été avertie par un coup de fil anonyme. Le quidam n’aurait pas nommé directement l’organe de presse vers lequel se portaient ses soupçons.
Il aurait juste évoqué « Le journal de l’homme à la tête d’abricot »

Tous nos efforts pour identifier ce délateur sont restés vains.

Quant au responsable de Norpresse, il serait en fuite, et aurait, selon quelques indiscrétions, trouvé refuge en France chez un dénommé Jawad.

Le premier ministre belge s’est déclaré choqué par de telles pratiques, et déplore que le responsable de Nordpresse n’ait pas pris exemple sur son rival Sudpresse, qui aide à la réinsertion de nombreux déficient mentaux en les engageant comme journalistes, comme on peut le constater en lisant les articles dudit journal.

Likez notre page Facebook et gagnez de nombreux cadeaux !

Commentaires

PARTAGER