Macron “Tous les insoumis ne sont pas des fainéants mais tous les fainéants sont des insoumis”

VIDÉO – Les manifestations annoncées pour contester la réforme du Code du travail n’inquiètent pas le chef de l’État, pas plus que les bras de fer sur les réformes à venir, a-t-il assuré à Athènes vendredi. Laurent Berger de la CFDT lui a répondu samedi.

Droit dans ses bottes, comme d’autres avant lui. Alors qu’approchent les premières manifestations contre sa réforme du Code du travail, Emmanuel Macron a expliqué, à sa manière, que ce n’est pas la rue qui gouverne. «Je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes », a assuré le président de la République vendredi depuis Athènes où il achevait sa visite d’État par un discours devant la communauté française de Grèce dans le jardin de l’École française d’Athènes.

Voyant les insoumis se sentir visés par la petite phrase sur les fainéants, Macron a affirmé que cela ne visait pas tous les insoumis mais que “Tous les insoumis ne sont pas des fainéants mais tous les fainéants sont des insoumis”.

À ces trois adversaires désignés, il a ensuite ajouté «l’égoïsme » et «les pessimistes». Face à la polémique naissante, l’Elysée a tenté vendredi soir une explication de texte, précisant que le terme «fainéant» visait «ceux qui étaient au pouvoir ces 15 dernières années et qui n’ont rien fait». Et non les Français.

Samedi matin, le leader de la CFDT lui a répondu: «Je ne suis ni extrême, ni fainéant, ni cynique».Laurent Berger a ajouté que la CFDT, tout en refusant de se joindre à la journée de mobilisation organisée mardi prochain par la CGT, garderait pour sa part sa «liberté de ton» et «sa liberté d’action». «Nous ne nous ferons instrumentaliser ni par ceux qui voudraient faire de nous des alliés faciles ni par ceux qui voudraient instrumentaliser le monde du travail à des fins politiques», a ajouté le dirigeant de la CFDT.

Likez notre page Facebook et gagnez de nombreux cadeaux !

Commentaires

PARTAGER