Jean-Luc Mélenchon devient Roi de France. Retour sur les déclarations exclusives de sa Majesté, Jean-Luc 1er. La troisième pourrait bien vous surprendre.

« Il suffit !
Je prends ce qui me revient de droit. »

Telles furent les premières paroles du nouveau Souverain.
Et tel fut le destin peu banal de l’homme qui aux Sénatoriales françaises de 1986, fut non seulement élu Sénateur socialiste de l’Essonne, mais devint par de là même le plus jeune Sénateur de la 5ème République au cour de la même journée.

Ancien co-fondateur du Parti de Gauche (PG), ancien Candidat du Front de Gauche (FdG) à l’occasion des Élections Présidentielles Françaises de 2012 : Jean-Luc Mélenchon, dorénavant Jean-Luc 1er, Roi de France et de Saint-Pierre-et-Miquelon, de la Maison Royale des Mélenchons.

Nous rappelant ainsi que Trotskisme, Lambertisme, pouvoir et manteau d’hermine ont toujours eu des liens aussi étroits que peut l’être un gros camionneur Kazakh dans une combie latex rose à poix verts.

Jean-Luc 1er, Mélenchon de France                                           Jean-Luc 1er, Mélenchon de France

« Les élections ? Les élections ! Mais c’est une pantalonnade !! Voyons…
Regarder où cela m’a mené jusqu’à présent !
Pour gagner à cette mascarade qui vous fait tant frémir vous les petits journalistes de Canal+ ou de Nordpresse là…
Il m’aurait fallut vendre mon âme au Kat’Quarante !
Oui parfaitement Monsieur ! Vendre mon âme à des vendeurs de bagnoles pas hallales et passer en dentelles sous les bureaux de TOUTES les directions.
Vous me voyez encore faire ça à mon âge vous ? Tocards va !! »

Le nouveau Drapeau Royal
Le nouveau Drapeau du nouveau Royaume, distinguable ici sur cette image. Considéré comme étant plus « historique » que le Vieux Tricolore. Pour sa part Manuel Valls tenait à nous faire savoir qu’un tel changement « était plus que temps ». Au point qu’il en ajouta qu’il allait à même le trouver « un peu trop blanco pour le coup ».

« Et la 6ème République ?
Et la 6ème République…
Et la 6ème République mon cul ouais !
Et puis quoi encore ? Vous voulez pas non plus que je vous organise un Grand Soir en mode Saucisse Party pendant que là vous êtes encore à m’ennuyer avec vos questions digne de Minute, mon torche cul favori quand j’ai pas l’Huma’ sous la main ?! »

Répondit alors, plein de colère, le nouveau Monarque quand à la question de ses propositions précédents auxquelles il se ravise.

De son côté, Marine Le Pen, sidérée bien que stupéfaite, nous déclarait en ces termes :
« Ah bah alors ça c’est trop fort ! Jean-Luc c’est un gros cheater !
Il arrive toujours derrière moi d’habitude. Alors comme il rage trop, ben il change les règles pour doubler tout le monde d’un coup !
C’est trop du glitch quoi… »

Tout juste avant d’ajouter, un brin narquois :

« Ouais bah et si Sarko c’est Iznogoud… et ben Jean-Luc c’est Gargamel !
Hey ouais ! »

Ici à la rédaction, on aurait de idées quand à Averell…

Commentaires

PARTAGER