Le ministre de la transition écologique a affirmé ce matin à la télévision qu’il avait proposé une réunion avec les zadistes mais qu’il exigeait d’abord de leur part le respect de l’hygiène de base.

« J’en ai vu des crasseux, des gens qui n’ont pas accès à l’eau courante, des civilisations primitives, mais ces gens de NDDL sont les plus sales que j’ai rencontré ».

Déclarations des zadistes par Reporterre:

De notre côté, on a vu très peu de nouveauté par rapport à la déclaration d’Édouard Philippe le jour de l’abandon de l’aéroport. On fait des rencontres mais on n’a pas l’impression de faire des négociations. Pour le reste, on ne peut pas se prononcer avant d’être revenu vers l’assemblée du mouvement. Donc, on ne peut faire que très peu de déclarations.

À l’issue de la réunion, il reste un point de blocage très fort entre déclaration individuelle et déclaration globale, collective. La ligne de front là-dessus ne bouge pas beaucoup. Le danger est de voir sacrifier la zone naturelle à une espèce d’affirmation d’autorité par rapport au fait qu’il faut se déclarer individuellement et faire une agriculture économiquement viable.

Nous avons de nouveau présenté notre proposition de convention globale. Il s’agit de se déclarer collectivement sur des terres collectives. Et il n’y a pas de volonté d’anonymat là-dedans. On n’essaie pas de se cacher derrière une convention collective, par contre on affirme la gestion collective qui, d’un point de vue environnemental, peut être vraiment couronnée de succès et permet des inventions sur des manières de vivre en préservant l’environnement et la biodiversité.

Nicolas Hulot propose de n’utiliser la chasse d’eau que pour la grosse commission

Cette proposition a de nouveau été refusée avec très peu d’explications. On nous a fait la demande que les personnes se nomment. On leur a répondu qu’on n’avait pas de volonté d’anonymat et qu’on voulait bien se nommer collectivement. Après, comme dans les autres rencontres, la porte n’est pas complètement fermée mais elle n’est pas totalement ouverte non plus.

Mais Nicolas Hulot ne s’est pas présenté comme quelqu’un disposant d’une marge de manœuvre. Il a répété les paroles du Premier ministre et a dit qu’il avait très peur qu’on bloque là-dessus alors qu’on porte un projet écologique. Il ne s’est pas présenté comme une personne qui pouvait avoir les clés. Il avait un petit côté suppliant : s’il vous plaît, bougez, sinon cette zone extraordinaire va disparaître. »

Source

Commentaires