L’heure est grave pour Georges Tron. En effet en cette période où la délation est à la mode, où le #balancetonporc a le vent en poupe, on jette la pierre à d’honnêtes citoyens, si plus est des élus de renom pour tout et n importe quoi. En effet, le maire de Draveil, en Essonne se voit aujourd’hui essuyer les accusations de plusieurs employées municipales a qui il aurait dispensé des massages à caractères érotiques.

Il comparait devant la justice pour viol. « Je suis un passionné de sexothérapie » nous confie-t-il « je pratique la réflexologie vaginale depuis des années, et mon sexe est le meilleur outil pour détendre des zones parfois très contractées en raison du stress quotidien que subissent les fonctionnaires; au Sénat on me surnommait le masseur au chinois ». Comme quoi vouloir faire du bien à ses collègues n’est pas forcément une bonne idée, il en paie aujourd’hui les frais.

Commentaires