Une fusillade vient d’éclater chez Charlie Hebdo

0

Une intense fusillade a eu lieu, mercredi en fin d’après-midi, au siège du journal satirique Charlie Hebdo (Paris XIe). Des hommes cagoulés et lourdement armés ont pénétré dans le bâtiment. Ils étaient «armés de kalach, ça criait dans la rue. On a appelé la police. On a entendu des tirs de kalach, très nombreux», a témoigné sur I-Télé, Benoît Bringer, journaliste à l’agence Premières lignes, voisine du journal. «Nous, on a évacué sur le toit. On a vu deux personnes armées dans la rue qui sont ressorties. Trois policiers en civil sont arrivés mais sont repartis car en face les hommes étaient très armés. Les pompiers et le samu arrivent sur place», a ajouté le journaliste.

Toujours selon I-Télé, le dessinateur Luz évoque «plusieurs morts». Selon nos informations, cinq personnes seraient mortes au sein du siège du journal, deux blessées. Selon plusieurs témoins, de nombreux policiers sont actuellement sur place. L’un d’eux aurait été touché par un tir. Toutefois, les autorités n’ont pas encore communiqué sur le bilan de la fusillade.

6 morts, 5 blessés très graves

Une source judiciaire avance au Figaro le nombre de six morts et cinq blessés très graves. Un journaliste de l’agence Première ligne évoque sur I-Télé “des marres de sang et des corps” devant le siège de Charlie Hebdo.
Selon nos informations, deux ou trois individus auraient fait irruption en fin de matinée au siège de Charlie Hebdo. Munis d’armes de guerre de type kalachnikov, ils ont ouvert le feu dans le hall mais ne sont pas montés dans les étages du bâtiment. Après avoir fait plusieurs victimes, ils ont utilisé un véhicule. Un échange de coups de feu avec des policiers a eu lieu au cours duquel des policiers ont été blessés. Les tireurs sont en fuite.

La piste d’une vengeance

Selon BFM TV, une vidéo montrant les agresseurs en train d’abattre un policier à terre ouvre la piste d’une vengeance. “Nous avons vengé le prophète Mahomet. Charlie Hebdo est mort”, auraient crié les agresseurs, d’après des témoins cités par une source policière.

“Ça s’est passé très vite”

A l’angle du boulevard Richard Lenoir et du passage Ste Anne Popincourt, Éric Meguira, le gérant de la société France éclairage distribution, a entendu les coups de feu. “Tout de suite après, on a vu passer une voiture blanche à 200 à l’heure, une 205 il me semble”, raconte-t-il. “Ça s est passé très vite mais j’ai distingué deux silhouettes à bord, qui tiraient derrière eux. Ils ont heurté un vélo. On a vu que les agents de la ville de Paris qui s’occupent du parc cherchaient à se cacher; on leur a fait signe de venir s’abriter dans nos locaux”.

De notre journaliste, sur place, Stéphane Kovacs

Likez notre page Facebook et gagnez de nombreux cadeaux !

Commentaires

PARTAGER