Faute de nouvelles vocations, le FN clône des jeunes (Preuves horribles)

Les jeunes FN ont de plus en plus de mal à recruter de jeunes recrues puisque cette branche du Front National est encore plus divisée que les autres forces du mouvement. En effet, entre les défenseurs de la ligne Philippot, ceux de la ligne Marine et ceux de la ligne Maginot, Florian Philippot a choisi une solution radicale pour continuer à agrandir le cercle de ses amis.

Le clônage de Julien Rochedy, dissident du Front National

C’est lors d’une partouze organisée au soir des élections législatives de 2014 que le sperme de Julien Rochedy a été récolté dans les orifices de plusieurs membres du Front. Celui-ci a ensuite été congelé et a servi à la création d’enfants via des fécondations in vitro en ayant recourt à des mères porteuses. Afin d’éviter tout risque de “perte” des enfants avec des mères souhaitant les garder, ce sont uniquement des lesbiennes qui ont été sélectionnées pour porter les clônes de l’ancien président du Front National de la Jeunesse.

Thomas Laval est issu de la troisième génération de clônes, la première génération, présentant de lourds handicaps, a été entièrement avortée. Quant à la deuxième, tous les nourissons ont été euthanasiés à la naissance, ceux-ci ayant été, on ne sait encore comment, contaminés avec du sang africain,  provoquant la naissance de petits métisses.
La troisième génération, de laquelle est issu Thomas Laval, présentait un léger retard mental, ce qui a directement validé la portée.

Bal des “pompiers”

Le passif Julien Rochedy Le passif de Julien Rochedy

Dès juin 2014, il annonce à Marine Le Pen qu’il désire quitter la présidence du FNJ. C’est en octobre 2014 qu’il est remplacé à la tête du mouvement par Gaëtan Dussausaye. Alors qu’il a peiné à faire consensus à son poste, il est accusé d’inactivité par Wallerand de Saint-Just. Indiquant qu’il se « sentait inutile » au nouveau poste auquel il avait été affecté, « rédacteur pour le projet présidentiel de 2017 », il dit avoir été tenté par une activité professionnelle dans le privé, pour ne plus vivre de la politique.

Il annonce, en , qu’il ne souhaite pas poursuivre ses activités au sein du Front national, mais qu’il garde « de bons rapports avec Marine Le Pen ». En , il déclare au journal Le Rouge et le Noir que son départ du FN est également lié à l’arrivée au sein du parti de « petits mecs » qui gravitent « autour de Philippot », qui ne « sont pas des hommes selon [son] cœur », mais des « petits avortons », et « à qui vous auriez envie de mettre quelques claques » ; il leur reproche encore d’« attaquer le Menhir » Le sociologue Sylvain Crépon analyse ses propos comme « la posture virile du nationalisme traditionnel, associant l’homosexualité au féminin et à la faiblesse ». En 2012, il avait indiqué au sujet de la présence d’homosexuels au siège du FN que « tout le monde le [savait] » mais « ne [voyait] rien ».

Après son départ du FN, il intervient lors d’un colloque de l’Action française.

En mars 2016, il rencontre Bachar al-Assad avec une délégation parlementaire française, dans le contexte de la guerre civile syrienne.

Libération le présente en mai 2017 comme un « soutien critique » du FN.

Likez notre page Facebook et gagnez de nombreux cadeaux !

Commentaires

PARTAGER