Un élu FN envoie la police arrêter des femmes en burqa en terrasse: C’étaient des parasols.

David Rachline, maire de Fréjus, vient de faire une bourde qui restera dans l’histoire. Appelé par un plaisantin à la mairie qui lui expliquait avoir vu 3 femmes en burqa en terrasse d’un café, le maire a demandé à son interlocuteur de lui faire parvenir une photo par e-mail avant d’envoyer une patrouille sur place. Le jeune homme a alors envoyé ceci:

Le sang du maire n’a fait qu’un tour et il a immédiatement envoyé une patrouille de police pour régler le problème, la burqa étant interdite en France.

Les policiers, arrivés sur placé éméchés selon des témoins, ont alors essayé de procéder à l’arrestation des 3 parasols, allant même jusqu’à taser un des 3 puisque ”celui-ci refusait de répondre aux interpellations verbales” (extrait du Procès Verbal rédigé par les agents).

Le gérant du café a indiqué qu’il porterait plainte pour destruction de son matériel. En effet, l’un des 3 parasols a été brisé par le policier le plus ivre.

LE GRAND REMPLACEMENT

Il explique s’être « intéress[é] de près à l’action politique et militante », puis avoir adhéré au FN après avoir été « scandalisé [des] persécutions politiques, judiciaires et financières » ayant touché Catherine Mégret lorsqu’elle mit en place, en tant que maire de Vitrolles, une allocation de naissance d’un montant de 5 000 F (762 €) pour les enfants de parents français ou ressortissants de l’Union européenne, mesure qu’il soutenait en 20086. Il adhère au Front national en 2002, à l’âge de 15 ans, « extrêmement motivé du fait de l’arrivée de Jean-Marie Le Pen au second tour de l’élection présidentielle »7. Titulaire d’un baccalauréat professionnel « comptabilité »7, il abandonne ses études de droit8 à dix-huit ans pour se consacrer au parti9, en particulier pour relancer l’appareil frontiste dans l’est du Var7.

Il accède à la présidence de la section varoise du Front national de la jeunesse (FNJ) en 20067 et participe activement à la dernière campagne présidentielle de Jean-Marie Le Pen, en 20079— il est alors président des « Jeunes avec Le Pen »7. Il est également candidat suppléant aux législatives et élu au comité central du FN en 20077.

En 2008, il prend la tête du FNJ au niveau national, puis devient le conseiller Web de Marine Le Pen9.

En 2008, il est élu conseiller municipal de Fréjus10. Deux ans plus tard, il devient conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, élu sur la liste conduite par Jean-Marie Le Pen. En 2011, il est battu de peu dans le canton de Fréjus, mais réalise l’un des meilleurs scores du parti au niveau national : 48,50 % des voix contre le candidat UMP Élie Brun11.

Mediapart indique qu’il est « parmi les soutiens les plus actifs » de Marine Le Pen lors de son accession à la présidence du FN7. Lors de l’élection présidentielle de 2012, il est coordinateur de la campagne web de celle-ci7 et salarié de l’entreprise Riwal de Frédéric Chatillon12. Une fois Steeve Briois nommé secrétaire général du FN en 2011, il est amené à s’installer à Hénin-Beaumont13. En 2013, il devient délégué national du FN à la communication numérique14.

Likez notre page Facebook et gagnez de nombreux cadeaux !

Commentaires

PARTAGER