[Edito] En voulant limiter la diffusion des fausses infos, Facebook vient d’ouvrir la boîte de pandore de la censure totale. Et tout le monde trouve ça formidable.

18 janvier 2017
0
747

Dans un monde où le pouvoir politique et médiatique est complètement déconnecté de la réalité, on applaudit bien souvent des idées complètement débiles ou dangereuses. Comme cette nouvelle « mesure » de Facebook pour limiter la diffusion des fausses infos.

Accusé d’avoir notamment influencé la campagne présidentielle américaine à cause des fausses informations partagées sur le réseau social, Facebook va mettre en place la possibilité de signaler une information « douteuse ». Ensuite, les liens souvent signalés seront envoyés à des « observateurs extérieurs » pour décider de la véracité (ou non) de l’information.

facebook fact checking
Nos médias partagent cette information comme ils le font d’habitude, en copiant des dépêches AFP et sans se poser la moindre question sur ce qu’ils diffusent, alors que contrairement à ce qu’ils pensent peut-être, cela ne concerne pas que les GorafiNordpresseOnionsaladetoute, ça les concerne aussi. On va donc faire le boulot à leur place.

1- Facebook, en assumant dès lors d’un vrai rôle d’éditeur, va donc contrôler l’information diffusée sur son réseau, encore plus qu’avec seulement la mise en avant plus ou moins importante via son algorithme. Big Brother est là.

2- Qu’est ce qu’une information fausse ? Un truc Nordpresse/gorafi ou autres sites de blagues, c’est facile à identifier. Mais quand c’est un site d’extrême droite/gauche/… qui oriente consciemment l’information. Elle est vraie, mais tellement orientée qu’elle perd son objectivité. Ca on laisse alors ? Contrairement à ce que les gens affirment, ce qui a fait gagner Trump, ce n’est pas tant les fausses infos grosses comme des maisons (Le pape qui interdit aux gens de voter Clinton) mais plutôt des « semi vérités » ou « rumeurs vaguement fondées » diffusées par des sites comme Breibart ou tout le mouvement Altright. Donc Facebook va limiter la diffusion des articles donc le caractère erroné est évident tout en laissant les plus pernicieux… Ce qui est donc encore plus dangereux.

3- Il est quasiment certain que cela ne sera jamais appliqué en francophonie. Il est même assez clair qu’en anglais ça ne sera pas efficace et ne durera probablement pas. C’est surtout un effet d’annonce pour se dédouaner des accusations de responsabilité dans la victoire de Trump.

4- Comme d’habitude, l’éducation a perdu. L’esprit critique n’est pas recherché. Plutôt que d’apprendre aux gens à réfléchir sur ce qu’ils lisent, on va leur mettre un gros drapeau « ATTENTION C’EST FAUX » devant le visage. Et du coup (voir point 2), tout ce qui n’a pas le drapeau sera renforcé dans son caractère véridique, même si son contenu est complètement bidon. Et on va encore plus abrutir les gens et augmenter le pouvoir des prétendus sites de « réinformation » qui passeront en dessous des radars.

5- Facebook se défend de vouloir imposer sa vision de la vérité en donnant le pouvoir aux utilisateurs pour signaler et analyser (on ne sait pas trop comment d’ailleurs)… Mais comme pour les signalements déjà effectués en masse par des groupes de personnes pour faire taire des pages Facebook ou groupes, cette nouvelle méthode de censure risque bien de permettre à des groupes de pression de faire passer pour fausse une information bien réelle puisque le système ne peut par définition être parfait et il y aura des faux positifs comme des faux négatifs. Alors qu’il suffirait de laisser faire, de laisser chacun se faire une opinion et apprendre aux gens à réfléchir. Mais ça, c’est trop de boulot. La censure et les étiquettes ça marche vachement mieux.

 

Commentaires

PARTAGER