Milkshake Duck est un mème Internet qui décrit des phénomènes qui sont perçus comme positifs au départ, mais qui sont ensuite considérés par une majorité de gens comme étant détestables.
L’affaire Mennel en est le parfait exemple, mais aussi celle-ci:

Le dictionnaire d’Oxford a défini le terme comme «une personne ou un personnage sur les médias sociaux qui semble être attachant au début, mais qui a une histoire cachée peu recommandable» .

Le meme a été lancé sur Twitter le 12 juin 2016 par Ben Ward, un dessinateur australien:

La blague de Twitter décrit un phénomène viral Internet d’un canard qui boit des milkshakes et que tout le monde adore mais… qu’on découvre par la suite comme étant un gros raciste.

Ward a décrit le message Twitter comme « une bonne blague résumant une tendance récente » où la popularité qui vient d’Internet peut être rapidement emportée par la découverte de quelque chose de troublant dans le passé d’une personne. Quand on lui a demandé en 2017, Ward n’était pas sûr de ce qui l’avait réellement inspiré pour faire la blague, mais se souvient qu’il a été partiellement influencé par le phénomène viral de la femme au masque de Chewbacca, qui s’est avérée être surtout intéressée par l’argent et la gloire. Bienvenu sur internet quoi.

Alors, plutôt que de sans cesse tomber dans le pathos et la facilité de partager de belles histoires, il vaudrait mieux attendre de voir qui se cache derrière. 

Et d’une autre manière, réaliser que tout ce qu’on poste sur internet peut un jour être utilisé contre nous.

Mais aujourd’hui, ce phénomène est particulièrement encouragé par le monde médiatique, qui cherche sans cesse à créer des polémiques et des débats. Et si on veut défendre les personnes cibles d’attaque, le mieux est d’ignorer les attaquants qui se lasseront vite. Parce que quand on met de l’huile sur le feu, la presse sort le pipeline pour alimenter la polémique jusqu’à plus soif. Laissant derrière elle une terre brûlée, avec ses dégâts et ses victimes. Le pipeline, lui, est réorienté vers une autre terre encore vierge, en attente de la détruire pour quelques clics et quelques % d’audience.

Vous vous souvenez de cette affaire débile du sirop de Liège qui demande la certification halal ? Elle a été totalement lancée par Sudpresse, qui découvre l’information et titre « Cela fait scandale ».

Or, il n’y a pas de scandale, personne n’est au courant. 

Mais vu qu’on dit qu’il y a une polémique, les gens rentrent dans la polémique. Les contre…

Et les pour. Tous les fachos rentrent dans l’arène, et les gauchos font de même, pour se battre sur une polémique créée de toute pièce. Une polémique ridicule, inutile.
Ensuite, les humoristes viennent mettre leur grain de sel, dérision, humour, lol.

En attendant, on a occupé l’espace médiatique pendant plusieurs semaines, déchaînant les passions, pour un épiphénomène complètement ridicule.

Commentaires