Voici un nouveau drame qui risque de de déplaire aux journalistes de Sudpresse et autre pseudo-écrivaillons en mal de scoop scabreux et de photos sanguinolentes.

Vous avez entendu parler du massacre de Toronto, où un connard se serait apparemment vengé de ses échecs amoureux en fonçant avec sa voiture sur des femmes innocentes.

Le suspect se réclamait de l’Incel (Célibataires Involontaires), une réunion d’enculés misogynes qui propagent leur haine des femmes sur les réseaux sociaux, car délaissés par leurs compagnes.

Vu le niveau mental qu’affichent ces frustrés, on peut aisément comprendre les raisons des ruptures sentimentales qu’ils ont subits, même si eux même sont trop cons pour se rendre à cette évidence.

Entre ces cons, et les dépressifs qui décident d’en finir de manière spectaculaire comme ce pilote de la Germanwings ou encore plus récemment le conducteur de Münster, les journaleux putaclic ne chôment pas.

Pourtant, hier, un nouveau drame n’a pu être évité. Jean G. un français dans la quarantaine et qui vient de subir un revers amoureux grave, vient de se venger en ne tuant personne, condamnant ses non-victimes à vivre, et éventuellement à leur tour, à connaître la douleur d’être éconduit par leur nouveau Partenaire. De plus, Jean G., pourtant dépressif préfère chercher en lui les raison de cette rupture, plutôt que faire subir à d’autres, les conséquences de son malheur.

Lui aussi se réclame des incels, les célibataires intelligents, une réunion de types qui préfèrent tenter de s’améliorer, plutôt que de vomir leur haine de l’humanité, haine née paradoxalement de leur propre comportement.

Les journalistes de BFMTV et d’autres médias similaires sont bien entendu inconsolables

Commentaires