La Commission Européenne valide l’utilisation du white spirit comme édulcorant alimentaire pour 5 ans

C’est une décision de plus qui est passée dans l’indifférence. Logique : l’information la plus importante aujourd’hui étant la croix sur la mitre de Saint-Nicolas. Pourtant, ce choix ne peut être prix à la légère : la commission a validé l’utilisation du white spirit comme édulcorant alimentaire dans toute l’Union… pour cinq années ! Étonnant ? Pas tant que cela. Une étude démontre qu’à impact gustatif égal, le white spirit est trois fois plus efficace que le sucre ou même l’aspartame. Vous pouvez essayer chez vous, c’est un truc peu connu : vous versez 3cl de white spirit dans votre café, le matin, à la place du sucre : c’est tout simplement délicieux ! En plus, il ne fait pas grossir : c’est tout bénef’ pour Coca-Cola ou Mc Donald ! Alors où est le problème ? Le problème, c’est que le white spirit, aussi connu sous le nom de naphta lourd, a des conséquences très néfastes sur la santé.

Tout d’abord, 100% des études démontrent que la dose létale du white spirit est de 15000 mg/kg. Ce qui signifie qu’un verre de 25 cl d’une limonade quelconque représenterait un danger potentiel. Sans compter qu’il s’agit vraisemblablement d’un perturbateur endocrinien ; mais jusque-là, personne ne s’en tracassait : le monde scientifique n’a jamais pensé qu’on serait suffisamment bête pour avaler un tel produit (non, mais sérieusement, c’est fait pour diluer la peinture !?). De plus, le white spirit est dangereusement inflammable (c’est un dérivé du pétrole) et pourrait poser des problèmes sur les gâteaux d’anniversaires ou des crêpes flambées. Enfin, il a été prouvé que le white spirit accélère rapidement le transit intestinal (quand il ne fait pas vomir), ce qui peut provoquer lors d’une réunion de travail ou au cours d’un entretien d’embauche.

Alors ? Pourquoi la Commission a-t-elle pris cette décision irréfléchie. ? En fait, pour deux raisons : la première, c’est que les lobbies de l’agro-alimentaire sont très puissants et sont traités comme des rois dans les locaux de la commission européenne. C’est comme ça, c’est un fait, il ne tient qu’à nous, électeurs, à ce que cela change. La seconde, c’est que même si une instance supranationale prend la décision d’empoisonner sciemment la population, tout le monde s’en fout, la seule chose qui importe c’est de savoir si le Saint Nicolas de Solidaris est à la solde d’un complot musulman.

Likez notre page Facebook et gagnez de nombreux cadeaux !

Commentaires

PARTAGER