Bachar el-Assad demande le retrait du prix Nobel de la paix d’Aung San Suu Kyi

Le président syrien Bachar el-Assad a affirmé en plaisantant qu’on devrait retirer le prix Nobel de la paix de la birmane Aung San Suu Kyi et lui attribuer pour ses efforts dans le processus de paix en Syrie. Une pétition a aussi été lancée par le pouvoir syrien. Assad affirme avoir tué moins de musulmans qu’Aung San Suu Kyi et considère donc que le prix lui serait plus utile. Notamment pour pouvoir se permettre de bombarder ensuite de nombreuses populations puisque ce prix a été attribué à Barack Obama.

Plus de 300 000 personnes ont signé ce texte dénonçant l’attitude d’Aung San Suu Kyi dans le persécution de la minorité musulmane des Rohingyas en Birmanie. 

Les critiques se multiplient contre Aung San Suu Kyi, la chef du gouvernement birman. Une pétition demandant le retrait du Prix nobel de la Paix, qui lui a été attribué en 1991 pour son combat contre la junte militaire, a déjà recueilli plus de 330 000 signatures rapporte Le Parisien. Ce n’est pas la première fois qu’un tel texte circule mais il rencontre plus d’échos ces jours-ci avec l’intensification des critiques internationales contre celle qu’on appelait «The Lady» et qui est aujourd’hui ministre des Affaires étrangères, conseillère spéciale de l’Etat et porte-parole de la présidence. Mardi, un éditorialiste du journal britannique The Guardian a également demandé le retrait du prix Nobel.

Le journal, qui ne précise pas quand ni dans quel contexte cette déclaration a été recueillie, rappelle que Bachar al-Assad a par le passé plusieurs fois plaidé en faveur d’un Proche-Orient débarrassé de toutes formes d’armes de destruction massive. Après l’annonce du prix attribué à l’OIAC, plusieurs militants anti-Assad avaient déjà estimé que ce choix récompensait aussi le président Assad.

Cette mission de démantèlement, désormais sous l’égide conjoint de l’OIAC et de l’ONU, résulte d’un accord de dernière minute qui a éloigné les menaces américaines de frappes punitives après une attaque chimique le 21 août près de Damas. Selon Washington, cette attaque a été menée par les forces du régime et a fait près de 1.500 morts, dont des centaines d’enfants.

Bachar al-Assad tente d’écraser depuis mars 2011 une révolte populaire qui s’est militarisée face à la répression. En 31 mois, les violences ont fait plus de 115.000 morts selon une ONG syrienne et poussé des millions de personnes à quitter leur foyer.

Likez notre page Facebook et gagnez de nombreux cadeaux !

Commentaires

PARTAGER