Audrey Pulvar: « La prochaine fois je violerai un ado, c’est mieux accepté par Bolloré »

Audrey Pulvar a affirmé aujourd’hui sur les ondes d’Europe 1 qu’à refaire, elle violerait plutôt un adolescent que de signer une pétition contre le FN. En effet, Jean-Marc Morandini est lui sur le point de revenir à l’antenne alors qu’Audrey Pulvar est écartée. Jean-Marc Morandini de son côté a expliqué à Pulvar qu’il n’était pas si désagréable d’être écarté.

La présentatrice a pu compter sur le soutien de Robert Ménard, maire de Béziers élu avec les voix du Front national et généralement peu compatissant avec les journalistes, tout particulièrement de gauche. « Injuste pour Audrey Pulvar! Les 3/4 des journalistes devraient être suspendus dans ce cas », a-t-il tweeté, en gratifiant son message d’un #JesuisAudrey un brin ironique.

Rappel des faits: 

Le , le magazine Les Inrockuptibles publie une enquête63 portant sur les castings de la web-série Les Faucons, une fiction sur une équipe de football amateur produite par Jean-Marc Morandini. Selon l’hebdomadaire, les jeunes acteurs — âgés de 17 à 25 ans — qui postulaient pour la série ont eu de nombreux échanges par courriel avec une certaine « Catherine Leclerc », censément la directrice de casting, qui leur demandait de fournir des photos ou des vidéos les montrant nus ou se masturbant, allant jusqu’à suggérer à l’un d’eux d’accorder des faveurs sexuelles à l’animateur63. Selon l’enquête, le compte de « Catherine Leclerc », sur le site utilisé où étaient publiées les annonces de casting, aurait en réalité été utilisé par plusieurs membres de la société de production de Jean-Marc Morandini, voire peut-être par Morandini lui-même ; la photo apparaissant sur son profil est celle de Sophie Junker, une chanteuse soprano belge63,64, qui n’a rien à voir avec l’affaire. L’animateur aurait notamment reçu lui-même un comédien dans les locaux d’Europe 1 et lui aurait demandé de se mettre nu pour le prendre en photo63. Les acteurs cités par l’enquête regrettent avoir participé à ce tournage, où la nudité était presque omniprésente63. Leurs contrats de travail font par ailleurs polémique, de nombreuses heures n’ayant pas été correctement déclarées ni payées63,65. Dans la presse, Marianne parle de « rapports malsains » avec les jeunes acteurs66 et Télérama de « pratiques douteuses »67. À la suite de la publication de l’enquête, l’animateur annonce porter plainte pour diffamation68. Contacté par Closer, il se dit « sous le choc » devant de telles accusations, et dénonce « un papier à charge, fait pour [le] descendre »69.

À la suite de ces témoignages, une autre personne déclare avoir subi en 2012 le même comportement de la part de Jean-Marc Morandini et de son assistant Kévin Vatant, affirmant avoir été, après une séance de photos réalisée au domicile de Vatant, victime d’attouchements de la part de l’animateur70,71.

En réaction à ces accusations, le directeur d’Europe 1, Fabien Namias, demande à Jean-Marc Morandini de rentrer de ses congés pour s’expliquer. La station aurait demandé sa démission, ainsi que la chaîne NRJ 12, où l’animateur présente l’émission Crimes72. Sa rentrée médiatique sur I-Télé en septembre est également compromise par cette affaire72.

Le 19 juillet, Jean-Marc Morandini organise une conférence de presse durant laquelle il conteste les faits qu’on lui reproche, expliquant qu’« évidemment il y a eu des maladresses et [qu’il est] en train de [s]’en occuper, mais franchement tout cela est monté en épingle de façon pitoyable pour faire du sensationnel »73. Par ailleurs, il affirme avoir été victime de menaces et dénonce un chantage de la part de l’animateur Marc-Olivier Fogiel, car selon lui ce dernier n’aurait pas apprécié ses articles concernant les audiences de ses émissions74 ; il annonce qu’il va porter plainte contre lui, ainsi que contre l’animateur Matthieu Delormeau, — qu’il accuse d’être le complice de Fogiel —75 et Les Inrockuptibles76,77. Peu après, Marc-Olivier Fogiel annonce de son côté porter plainte contre Morandini pour « dénonciation calomnieuse et diffamation »78, affirmant notamment que cette charge contre lui est « un écran de fumée, une tentative de diversion classique et pathétique »79. Matthieu Delormeau nie également être lié à cette affaire et annonce porter plainte lui aussi74. Le 20 janvier 2017, Jean-Marc Morandini est condamné à payer 5 000 euros de dommages et intérêts à l’encontre de Matthieu Delormeau, pour diffamation et atteinte à la vie privée80.

Dans le numéro suivant daté du , Les Inrockuptibles publient de nouvelles révélations81, à partir de nouveaux témoignages, concernant notamment une accusation de drague d’un mineur de 15 ans sur Twitter82 et la présence en tournage d’un comédien mineur sans autorisation parentale81,83, cette dernière accusation étant démentie par l’animateur84.

L’association La Voix de l’enfant déclare se constituer partie civile dès qu’elle aura reçu les plaintes des différentes victimes83, et sera défendue par Francis Szpiner et François Baroin85.

Le 26 juillet, Europe 1 précise dans un communiqué que « d’un commun accord » l’animateur se met « provisoirement en retrait de l’antenne », tout en restant salarié de la station86 ; il est remplacé pendant son absence par Thomas Joubert87. Le lendemain, L’Obs publie une enquête révélant que les méthodes de castings reprochées à Jean-Marc Morandini avaient déjà cours en 2006. L’animateur, qui disait à l’époque vouloir produire un remake français du film américain Ken Park, a auditionné pour ce projet pendant plusieurs années de nombreux jeunes acteurs, qui étaient invités à poser pour des photos dénudées88.

Ce même mois, une plainte est déposée contre Jean-Marc Morandini par l’avocat de trois comédiens pour « harcèlement sexuel » et « travail dissimulé »88. Fin juillet et début août, le parquet de Paris ouvre deux enquêtes préliminaires à son encontre, l’une pour « corruption de mineur » et l’autre pour « harcèlement sexuel et travail dissimulé »89. Le 21 septembre, il est placé en garde à vue90. Au terme des 48 heures, il est déféré pour être présenté à un juge91,92 puis mis en examen pour « corruption de mineur » aggravée par l’utilisation d’un moyen de communication électronique, et placé sous contrôle judiciaire93. Cette mise en examen ne porte pas sur l’affaire des castings, mais sur la plainte concernant les messages SMS sexuellement explicites que l’animateur aurait envoyé en 2013 à un adolescent de quinze ans, croisé à l’occasion d’une émission94.

Le 26 septembre, NRJ 12 décide de refaire le montage des futurs numéros de Crimes que devait présenter Morandini, afin que celui-ci ne soit plus physiquement présent à l’antenne. L’affaire n’empêche cependant pas l’animateur d’arriver sur I-Télé, malgré les protestations des journalistes de la chaîne95,50.

En octobre, Le Point et Les Inrockuptibles publient de nouveaux articles sur les méthodes de casting de Jean-Marc Morandini, cette fois au sujet des photos sexy réalisées au début des années 2000 pour Génération Gay, un site internet qui était alors publié par l’une des sociétés créées par l’animateur. Un homme, âgé à l’époque de 18 ans, dit avoir passé un casting pour le site en présence de Jean-Marc Morandini, qui aurait alors obtenu de lui une relation sexuelle. Les Inrockuptibles jugent que Génération Gay a été pour Morandini « une sorte de laboratoire », qui lui aurait servi à mettre en place un modus operandi utilisé par la suite lors de ses autres castings96,97,98.

En janvier 2017, l’enquête portant sur les castings est classée sans suite par la justice, en raison d’« infractions insuffisamment caractérisées ». L’animateur demeure cependant mis en examen pour corruption de mineurs aggravée, dans le cadre de deux plaintes sans rapport avec l’affaire des castings99.

Likez notre page Facebook et gagnez 300€ !

Commentaires

PARTAGER