Attentat contre Fillon: « On voulait juste qu’il rende l’argent »

A cinq jours de la présidentielle, deux hommes de 23 et 29 ans ont été interpellés ce mardi à Marseille, à la sortie d’un appartement, dans lequel des armes, des explosifs et un drapeau de Daech ont été retrouvés. Ils projetaient de commettre un attentat terroriste « certain et imminent » pendant la campagne, selon le ministre de l’Intérieur. D’après une source proche du parti LR, c’est François Fillon qui était visé.

C’est dans la vidéo que Mahiedine cherchait à transmettre à Daech que l’on voit un drapeau du groupe djihadiste, un pistolet-mitrailleur et la une d’un quotidien affichant l’image d’un candidat à l’élection présidentielle.

« Dans l’appartement où ont été interpellés les deux hommes, ont été découverts 3 kilos de TATP, des Uzi, une grenade artisanale, un sac de boulons, des mèches, des produits chimiques de conditionnement mais aussi des bouteilles d’acétone et d’eau oxygénée, des appareils numériques, un drapeau de l’EI, un plan de Marseille accroché au mur. »

Clément B. se serait, selon François Molins, radicalisé en 2007, au contact de membres de la communauté tchétchène de Nice. En mars 2015, ses proches ont signalé sa disparition, jugée inquiétante. C’est à son contact que Mahiedine M. se serait particulièrement radicalisé, les deux hommes s’étant connus en prison en 2013 pour des faits de droit commun.

Les 2 hommes arrêtés ont déclaré qu’ils ne comptaient tuer personne mais bien braquer le candidat des Républicains pour, disent-ils « qu’il rende l’argent ».

Commentaires

PARTAGER