En décidant de se retirer de l’accord sur le nucléaire iranien, Donald Trump a commis son action de politique étrangère la plus irresponsable.

Le président des États-Unis a pris cette décision en dépit des exhortations de dirigeants européens, de responsables de la sécurité israéliens, de dizaines de diplomates, de son propre secrétaire à la Défense et même du président –conservateur– de la Commission des forces armées de la Chambre des représentants des États-Unis.

Cette décision ne peut être attribuée qu’à l’un –ou plus– de ces trois motifs: une incompréhension des termes de l’accord, le besoin de torpiller une énième réalisation du président Obama, ou le désir d’affaiblir voire de détruire le gouvernement iranien.

Dans son allocution télévisée, Trump a déclaré que l’Iran fraudait et contournait l’accord –mais si l’on en croit les directeurs de ses propres services de renseignement, rien ne permet de l’affirmer.

Depuis la signature de l’accord, l’Agence internationale de l’énergie atomique a rendu dix rapports certifiant que l’Iran respectait ses engagements. Le mois dernier, un comité du Sénat américain a interrogé James Mattis, secrétaire à la Défense des États-Unis; ce dernier a déclaré qu’après avoir lu l’accord de 140 pages à trois reprises, il avait été frappé par la «robustesse» de ses dispositions de vérification.

Source: SLATE

Commentaires