ALERTE EN Corse : Une femme voilée achète du pain.

En ce samedi matin, la bourgade de Porto Vecchio, en Corse de sud, s’est réveillée encore abasourdie par les événement survenus la veille.

Il est 12h30 lorsque Nadia M., jusqu’alors inconnue des services de police, se présente à la boulangerie Paoli, rue des survivants.

Le plus anodinement du monde, elle demande alors – dans un français approximatif – deux baguettes et un pain que la jeune vendeuse, fraîchement débarquée de métropole, lui sert sans aucune hésitation.

Celle-ci demandera même à sa cliente si elle avait une préférence quant à la cuisson du pain.

  • “Non qu’importe”  rétorquera-t-elle
  • “Et pour les baguettes non plus ?”
  • “Non je m’en fiche, c’est pour mettre dans la fondue.”

Tout cela serait passé inaperçu sans la vigilance et la présence d’esprit d’Alfonsu P.

Entrant dans la boulangerie par inadvertance – il cherchait effectivement à rejoindre sa maison située en contrebas, mais le camarade l’ayant raccompagné depuis le centre culturel “Chez Lulu” avait mal évalué la distance au moment de le propulser de son vélo – il découvrit le pot-aux-roses : Nadia M. portait un fichu. Un voile.

Faisant montre d’une stupéfiante présence d’esprit, il agrippe la femme de toutes ses forces afin de préserver le pain qu’elle s’apprêtait à soutirer probablement à un enfant Corse, et met à contribution la candide vendeuse :

“Appelle la milice pétasse”

Face à une prononciation ne laissant percevoir,  à cette heure tardive de la matinée post-apéritive, que des éructements, la jeune femme crut comprendre :

“Appelle la police limace”

Elle s’empressa alors de téléphoner au commissariat qui dans l’instant, fit intervenir une brigade appuyée d’un détachement venu de métropole ainsi que de quelques volontaires qui se trouvaient au centre culturel.

Après quelques coups de pieds sagement dosés et, tout de même, de sérieuses griffures assénées aux force de l’ordre, tout rentra rapidement dans l’ordre avec l’arrestation de Nadia M. qui devra répondre prochainement de l’agitation provoquée dans ce paisible village.

Au-delà de la manifeste volonté de provocation, l’enquête devra notamment déterminer si une femme voilée est légitimement en droit de consommer une fondue, en Corse et en plein été.

Ernest Dubois

Likez notre page Facebook et gagnez de nombreux cadeaux !

Commentaires

PARTAGER