À partir du 1er janvier 2017, un revenu universel de 23,37 euros par mois se substituera à toutes les aides sociales

Portrait of a very happy young man in a rain of money

Le salaire universel est dans toutes les bouches, mais il ne fait pas l’unanimité. Ses défenseurs soulignent la nécessité d’aider toutes les catégories de la population, indépendamment des situations individuelles. Ils ajoutent que le monde du travail se transforme : l’automatisation et le développement de l’économie informelle aboutissent à une destruction massive des emplois.

Les opposant estiment que le salaire universel favorise l’assistanat et la fainéantise. Pour eux, l’essentiel est de « remettre les gens au travail ». D’autant que, rappellent-ils, les « assistés sont également les premiers à frauder le RSA et les impôts ».

Désireux de trouver un compromis, le gouvernement de Manuel Valls a proposé une formule qui devrait concilier tout le monde. Un revenu universel verra bien le jour. Il sera perçu pour tous les citoyens français, sans condition d’âge. En revanche, pour prendre en compte les critiques, son montant a été fixé à 23,37 euros par mois. Par ailleurs, il se substituera à toutes les aides sociales existantes. « C’est une grand pas en avant » a déclaré Manuel Valls. Avant d’ajouter qu’il était fier de pouvoir mettre en place une mesure de « solidarité nationale » qui aidera tous les citoyens, sans distinction et qui permettra de relancer l’économie et le pouvoir d’achat des Français.

Commentaires

PARTAGER